•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mère happée devant le CHUL : plaidoiries au procès de Jonathan Falardeau-Laroche

Jonathan Falardeau-Laroche

Jonathan Falardeau-Laroche

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Yannick Bergeron

Le jeune conducteur épileptique qui a tué une femme enceinte devant le CHUL était une « bombe à retardement  » estime la poursuite, alors que l’avocat de la défense s’en prend à la crédibilité de son médecin. 

Après avoir présidé le procès de Jonathan Falardeau-Laroche au cours des dernières semaines, le juge Pierre Rousseau entend jeudi les plaidoiries des avocats.

Le jeune homme est accusé de négligence criminelle causant la mort de Marie-Pier Gagné, happée alors qu’elle sortait d’un rendez-vous pour un suivi de grossesse au Centre mère-Enfant.

Falardeau-Laroche, lui, venait de rencontrer son neurologue Michel Sylvain, qui a témoigné au procès. Il aurait indiqué à son patient de ne pas conduire le jour fatidique du 10 août 2016.

Me Simon Roy qui défend Falardeau-Laroche s’attaque à la crédibilité du Dr Sylvain dans sa plaidoirie, l’accusant de vouloir se protéger sa réputation et sa carrière de neurologue.

Son histoire est cousue de fil blanc, a lancé Me Roy qui reproche au médecin d’avoir détruit ses notes de consultation avec son patient, le jour du drame.

Un témoin hautement crédible

Le procureur de la poursuite, Me Thomas Jacques, soutient au contraire que le neurologue est un témoin hautement crédible.

Au surplus, il relève que Falardeau-Laroche était sensibilisé depuis longtemps aux risques liés à la conduite automobile associés à son état de santé.

Me Jacques va plus loin, même si l’accident était survenu la veille de sa rencontre avec son neurologue, il aurait quand même été criminellement responsable de ses gestes.

L’avocat de la poursuite rappelle que plusieurs collègues de travail lui avaient répété qu'il était dangereux de prendre le volant dans son état plusieurs semaines, et même les jours, avant la tragédie.

Le juge Pierre L Rousseau doit rendre son jugement au mois d'octobre.

Québec

Justice et faits divers