•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • Boeing tire son épingle du jeu au salon du Bourget malgré les déboires de son 737 MAX

    Des visiteurs défilent devant des avions en démonstration.

    Des milliers de visiteurs ont franchi les guichets du salon aéronautique du Bourget, à Paris, où le constructeur américain Boeing a réussi à vendre plus de 260 avions depuis lundi.

    Photo : Reuters / Pascal Rossignol

    Jean-Michel Leprince

    Contre toute attente, la compagnie Boeing, en difficulté après deux écrasements de son 737 MAX, a réalisé de bonnes affaires au salon du Bourget, et ce, dans la discrétion et avec une certaine humilité.

    Quel contraste avec les salons antérieurs où Airbus et Boeing rivalisaient d’arrogance dans une guerre de commandes colossales. Même Airbus reste discret. Personne ne se réjouit des déboires de Boeing.

    Boeing a annoncé son bilan : 267 appareils ont été commandés, des 787 Dreamliner, des 777 et des 737 ordinaires. Mais surtout il y a cette commande de 200 Boeing 737 MAX 8 et 10 d’International Airlines Group, maison mère de British Airways, Iberia et Aer Lingus.

    Boeing s’est félicité de cette marque de confiance même si quelqu'un d’IAG a avoué qu’on leur avait promis un très bon prix. On parle d'une transaction totale de plus de 34 milliards de dollars; certains montants sont restés confidentiels.

    Cette confiance n’est cependant pas partagée par tout le monde.

    Hier, à Washington, le président de l’Association américaine des pilotes, Daniel F. Carey, a déclaré devant un comité de la Chambre des représentants que Boeing avait causé une « crise de confiance dans le monde de l’aviation ».

    Ces [deux] écrasements sont la preuve évidente que notre système actuel de conception et de certification nous a trahis , a dit à son tour le célèbre pilote Chesley "Sully" Sullenberger, qui a posé son avion sur la rivière Hudson à New York en 2009.

    Personne de Boeing n’était présent au comité.

    Une question de design aussi

    Un avion 737 MAX de Boeing

    Des inspections ont révélé que Boeing avait désactivé un dispositif de sécurité lié à un système impliqué dans deux écrasements mortels.

    Photo : Reuters / Matt McKnight

    Les experts sont de plus en plus d’avis qu’une correction du logiciel défectueux, le MCAS, ne suffira pas et qu’il faudra s’attaquer au design, à la conception même du MAX.

    Les experts l’ont dit depuis le début : le problème du 737 MAX ce n’est pas un problème de logiciel.

    Mehran Ibrahimi, spécialiste en aéronautique

    « On a voulu régler un problème de conception, un problème aérodynamique par un logiciel. On voulait d’une certaine manière corriger un problème technique de fond. Si on veut aller vers des corrections de fond, cela veut dire un nouvel avion », a ajouté l'expert Mehran Ibrahimi.

    Ottawa demande une nouvelle certification

    Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et les experts de Transports Canada effectuent leurs propres recherches.

    Ils ont reçu l’avis d’ingénieurs spécialistes en aéronautique, dont Gilles Primeau, qui avait soutenu sur les ondes de Radio-Canada que les défaillances ne se limitaient pas au logiciel anti-décrochage MCAS ni aux sondes d’angle d’attaque, mais que le système de stabilisateurs à l'arrière de l’avion avait probablement aussi fait défaut.

    « Nous on a décidé de revalider tout l’avion ainsi que ce qui va être fait spécifiquement pour corriger le problème du MCAS. Même si on avait accepté la certification dans les années passées, on a décidé que ce serait prudent de réexaminer tout l’avion. Ça, c’est un processus qui est en parallèle avec la situation vis-à-vis le MCAS », a déclaré le ministre Garneau.

    Le Canada ne sera pas le seul à être vigilant au sujet de la nouvelle certification du 737 MAX. Les Européens, les Chinois et les Brésiliens le seront également, pas seulement l'Agence américaine de l'aviation civile (FAA).

    Industrie aéronautique

    Économie