•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CCN travaille à la réfection de ses sentiers endommagés par la crue printanière

Un banc de parc et une poubelle entourés d'eau.

Lors de la crue printanière, plusieurs des sentiers de la CCN ont été inondés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les sentiers polyvalents riverains et les infrastructures de la Commission de la capitale nationale (CCN) n'ont pas été épargnés par les inondations du printemps 2019. Les équipes municipales en sont maintenant à restaurer les secteurs touchés afin de les rendre accessibles au public.

La CCN a procédé à la réouverture du tronçon du sentier de la Rivière-des-Outaouais longeant la promenade Sir-John-A.-Macdonald, qui demeure toutefois sujet à des fermetures temporaires pour refaire le revêtement d'asphalte ou stabiliser les berges.

Pour ce qui est du tronçon longeant la colline du Parlement entre la rue Bank et le pont du Portage, il devrait demeurer fermé jusqu'à la mi-juillet en raison des nombreux débris qui s'y trouvent toujours et de travaux mineurs de réfection de la chaussée.

Les plantes, les paillis et la terre à jardin en bordure du sentier des Voyageurs, du pont du Portage au Musée canadien de l’histoire, devront être complètement remplacés. La réouverture de ce tronçon devrait se faire à la fin du mois de juillet.

Il n'y a toujours pas de date prévue à laquelle le parc du Lac-Leamy sera accessible au public, puisque la plage baigne encore dans les eaux et les installations du parc n'ont pas encore été décontaminées. Les sentiers sont désormais accessibles, mais les autorités demandent aux cyclistes de marcher à côté de leur vélo et de respecter la signalisation.

Il y a beaucoup de travail qu'on doit faire cette année et l'année prochaine, reconnaît Tobi Nussbaum, le premier dirigeant de l'organisme.

Des infrastructures plus résilientes

Par ailleurs, la CCN affirme que ses sentiers sont plus résilients et prêts à faire face aux aléas de la nature depuis les inondations de 2017.

Alors que la plupart des sentiers riverains étaient demeurés inaccessibles entre 12 et 18 mois à la suite de celle-ci, l'attente semble avoir été réduite à 2 mois après le retrait des eaux partout dans la région.

Actuellement, la CCN estime que le total des coûts associés aux inspections et à la réparation des ponts, des sentiers et des barrages se situe entre 6 et 10 millions de dollars.

Il faut faire d'autres inspections, alors on va être capable de préciser les coûts plus tard cet été, assure M. Nussbaum

Avec les informations de Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Infrastructures