•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivez-vous mieux que vos parents?

Illustration montrant, dans la portion de gauche, une femme dans les années 70 tenant un bébé dans son bras. En arrière-plan, son mari, valise à la main, s'apprête à quitter pour le travail en voiture, qui est garée devant un bungalow. Dans la portion de droite, un femme de 2019 en tailleur tape à une main sur un ordinateur portable. En arrière-plan, son conjoint à vélo s'apprête à aller reconduire leur enfant à la garderie. Il est devant une rangée de condos.

La cohorte des 25-34 ans d'aujourd'hui est-elle en meilleure posture que les autres?

Photo : Radio-Canada / Illustration : Sophie Leclerc

Mathieu Gobeil
Mis à jour le 

Revenus, dettes, épargnes; les Canadiens de la génération du « millénaire » sont-ils dans une meilleure posture que leurs prédécesseurs des générations X et du baby-boom quand ils avaient le même âge? Des données sur les avoirs des ménages laissent penser que oui.

« Je suis vraiment prudent financièrement. C'est important pour moi de faire un budget et je fais super attention à mes dépenses », raconte Louis-Philippe Provencher, 23 ans, musicien pigiste, un métier qui constitue sa seule source de revenus depuis maintenant plus d’un an.

« Oui, c'est possible d'épargner, mais comme je suis en début de carrière, je n'ai pas une grande marge de manœuvre, alors je mets un petit peu d'argent chaque mois, par exemple dans un CELI, mais c'est difficile, vraiment, il faut être très [discipliné] », poursuit le jeune Montréalais, qui prépare en même temps un baccalauréat en interprétation jazz.

Son emploi du temps varie en fonction de ses contrats, des spectacles et des cours de batterie qu’il donne. Une période creuse peut être suivie de semaines de 50 ou 60 heures de travail intense. « C'est énormément d’efforts, mais dès qu'on arrive sur une scène, qu'on joue et qu'on est apprécié, pour nous, c'est le meilleur sentiment. » Il arrive à vivre de son art, mais avoue que beaucoup dans son domaine n’y parviennent pas.

Quand il compare sa situation à celle de ses parents, il est songeur. « Je pense que c'était relativement facile de trouver l'emploi qu'ils voulaient à leur époque. […] Il y a toujours eu du travail pour mes parents. Je crois qu'on l'a plus difficile, notre génération. »

On voit des jeunes, de dos, qui marchent dans une rue du Vieux-Montréal. Ils sont à l'ombre des immeubles.

Des jeunes dans les rues de Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Que disent les données populationnelles à ce sujet?

Au chapitre des revenus, les salaires entre 1981 et 2018 ont progressé légèrement chez les jeunes femmes, mais ont stagné chez les jeunes hommes (affichant même des reculs pour les jeunes de la génération X dans les années 90), en dollars constants.

Les jeunes qui travaillent occupent par ailleurs moins souvent un emploi à temps plein et permanent qu’avant. Ils sont aussi, en proportion, moins nombreux à être couverts par un régime de pension d’un employeur et à jouir d’une protection syndicale (Nouvelle fenêtre); les changements sont toutefois moins marqués chez les jeunes femmes.

À deux, c’est mieux?

Néanmoins, « bien qu’encore au tout début de leur cycle de vie et de leurs années les plus actives, les ménages de millénariaux avaient un revenu réel médian après impôt plus élevé que les ménages de baby-boomers et de la génération X au même âge », note Statistique Canada, dans une étude parue au printemps 2019.

Par exemple, le revenu du ménage rajusté pour les millénariaux âgés de 25 à 34 ans était de 44 093 $ en 2016, comparativement à 33 276 $ pour les membres de la génération X au même âge en 1999, et de 33 350 $ pour les baby-boomers au même âge en 1984.

« La hausse du nombre de couples à deux gagne-pain et le mouvement des femmes vers des professions mieux rémunérées expliquent en bonne partie le fait que les revenus médians des ménages formés de millénariaux sont notablement plus élevés que les ménages de X ou de boomers au même âge », explique en entrevue le chercheur et analyste René Morrissette, de Statistique Canada.

« Moi, j'ai la chance d'avoir un conjoint qui a un emploi stable. Alors ça me permet d'avoir mon beat à moi », explique Roxanne Thiffault-Roux, qui travaille à temps partiel comme professionnelle de recherche, un emploi stimulant qui lui donne une flexibilité d’horaire.

« C'est sûr que ça demande une discipline assez grande, vu que je n’ai jamais d'horaire fixe ou de paye fixe. Il faut toujours que je prévoie un peu les mauvais jours. C'est plus difficile d'épargner dans ce cas-là », poursuit-elle. « Je suis protégée par un syndicat, il y a aussi un fonds de pension [où je travaille]. Mais vu que je ne fais pas beaucoup d'heures, je n’accumule pas autant que quelqu'un qui travaille à temps plein. »

On voit les bras d'une femme qui travaille à l'ordinateur, assise, avec un café.

Le travail à distance est de plus en plus fréquent.

Photo : iStock / alubalish

Les ménages formés de millénariaux ont aussi plus d’actifs (biens et épargnes) que ceux de la génération X au même âge (les données manquent sur les boomers pour faire la comparaison).

Mais les dettes des ménages de millénariaux sont notablement plus élevées que celles des autres générations au même âge. Les jeunes adultes d’aujourd’hui sont plus nombreux à faire des études postsecondaires, plus coûteuses, et bon nombre d'entre eux achètent des propriétés dont le prix est devenu très élevé ces dernières années, ce qui se traduit en de plus grosses dettes hypothécaires.

Cela dit, la proportion de ménages qui sont propriétaires au sein des trois générations de jeunes de 25 à 34 ans est grosso modo la même, soit un peu plus de 50 %.

Être né sous le bon toit

Les données nationales montrent aussi que les inégalités se sont creusées au fil du temps : la génération des 25-34 ans est plus « inégalitaire » quant aux actifs quand on la compare aux générations précédentes.

Les millénariaux de l’échelon supérieur de 10 % représentaient environ 55 % de la richesse accumulée par l’ensemble de leur génération.

Le fait d’avoir ou non une propriété fait toute la différence dans la valeur nette des jeunes ménages.

Chez les millénariaux, lorsque le principal soutien du ménage est âgé de 30 à 34 ans et est propriétaire d’une résidence principale, la valeur nette atteint 261 900 $, selon les données compilées par Statistique Canada. Par contre, la valeur nette de ceux qui ne possèdent pas de résidence principale est de 18 400 $.

La disparité est encore plus grande entre les grands centres que sont Toronto et Vancouver, où les prix des propriétés ont atteint des niveaux astronomiques, et le reste du pays. Les millénariaux de ces deux métropoles sont beaucoup plus riches que les autres.

On voit un immeuble à condos en contre-plongée.

L'accession à la propriété reste difficile dans les grands centres.

Photo : Radio-Canada

« En 1986, j’ai acheté ma première maison avec des amis, tous étudiants. On a acheté un bloc de trois étages à Limoilou pour 38 000 $ [environ 80 000 $ en dollars de 2019]. Alors, c'est sûr que là, on arrive avec un gros clash de générations », dit Lyne Champoux, une boomer à la retraite de la région de Québec.

Louis-Philippe Provencher, lui, songe à avoir sa maison un jour.

« Oui, c'est quelque chose qui m'intéresse, premièrement tout simplement pour être bien chez moi, avoir ma propriété, ma maison. Je m'imaginais, disons, avec un studio au sous-sol ou quelque chose comme ça. Mais aussi parce que c'est un investissement, finalement, c'est quelque chose qui rapporterait de l'argent sur le long terme. »

Le fils de Lyne Champoux, Dominic Cliche, n’a pas envie, lui, de devenir propriétaire.

« Honnêtement, c'est quand même par choix que je suis locataire. Là-dessus, je suis millénarial dans le cliché. La responsabilité de la propriété m'intéresse assez peu », avoue cet employé de la fonction publique de 33 ans.

« Surtout que je ne suis pas dans un moment de ma vie où je suis, par exemple, sur le point de fonder une famille, ou même déjà avec enfant. Je ne ressens pas l'appel de me fixer à un endroit en particulier non plus. »

Investissements publics

Les comparaisons entre les générations peuvent aussi être analysées sous la lorgnette des investissements gouvernementaux.

Entre 1976 et 2016, les pouvoirs publics, tous niveaux confondus, ont accru leurs dépenses destinées aux Canadiens plus âgés à un rythme quatre fois plus grand que celles destinées aux citoyens de moins de 45 ans, selon une analyse effectuée par Paul Kershaw, professeur à l'Université de la Colombie-Britannique et fondateur du centre d’études et groupe de pression Generation Squeeze.

Il a comparé les principales dépenses pour les aînés, soit les soins de santé et les pensions, à celles pour les plus jeunes, soit les congés parentaux, les garderies, les prestations aux familles, l’éducation et la santé.

Son analyse montre que les dépenses allant aux 65 ans et plus ont crû de 11 104 $ par personne, tandis que celles destinées aux moins de 45 ans n’ont augmenté que de 2637 $, entre 1976 et 2016, en dollars constants de 2016.

« Ce ne serait pas un problème si les conditions socioéconomiques des plus âgés s’étaient détériorées comparativement aux plus jeunes qui les suivent », dit-il. « Mais c’est exactement le contraire qui se passe. Les avoirs des plus âgés se sont accrus considérablement durant cette période (notamment grâce au marché immobilier) tandis que les salaires des jeunes d’aujourd’hui stagnent malgré leur scolarité plus élevée, en plus d’avoir des dettes plus élevées et d’être face à un marché immobilier de plus en plus inaccessible », dit-il.

Il ne s’agit pas de commencer une « guerre » entre les générations, mais d’être au fait des iniquités entre les cohortes et de s’ajuster en conséquence lorsqu’on fait des choix collectifs, selon lui.

Il faut toutefois prendre en considération tout le capital matériel, financier et de connaissances dont bénéficient les jeunes adultes aujourd’hui et qui a été transmis par les générations antérieures, remarque quant à lui le sociologue Mircea Vultur. « Parce qu'ils bénéficient déjà d'un système d'éducation qui a été mis en place, d'infrastructures déjà construites, d’écoles, etc. Donc il faut tenir compte de ce que les autres ont construit, ont eu à leur âge, en plus de ce que ceux d'aujourd'hui ont », précise-t-il.

Par ailleurs, « le plus grand transfert de richesse de l’histoire » doit se produire dans quelques décennies, quand les boomers à leur décès légueront leurs avoirs à leurs descendants. Entre 30 000 et 60 000 milliards de dollars d’actifs changeront de mains aux États-Unis seulement, selon les estimations.

Les données de l’Institut de la statistique du Québec indiquent qu’au Québec, entre 2005 et 2012, la proportion de familles québécoises ayant déjà reçu un héritage est passée de 16,5 % à 28,1 %. C’est sans compter les transferts volontaires entre ménages au courant de la vie.

« Il y a quelques générations, les Québécois étaient tellement pauvres, ça n’existait à peu près pas, le patrimoine familial, l’héritage. C’est en train de changer. Ça peut faire une différence au niveau des classes sociales », prévient la sociologue de la jeunesse Madeleine Gauthier, qui rappelle que des inégalités peuvent se créer ou s’accroître de cette façon.

La cohorte des moins de 35 ans entame tout juste sa vie professionnelle et personne ne peut prédire l’avenir. Mais il reste que, pour l’instant, même si leurs revenus individuels font du surplace, les 25-34 ans s’en tirent généralement à bon compte quand ils forment un ménage, souvent mieux que les générations précédentes à leur âge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société

Économie