•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de l'Ontario français annonce un premier programme pour l'automne 2019

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l’Université de l'Ontario français, lors de l'annonce du premier programme qui sera offert par son institution.

Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l’Université de l'Ontario français, lors de l'annonce du premier programme qui sera offert par son institution.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Rozenn Nicolle
Marie-Hélène Ratel

Une vingtaine de professeurs du collège La Cité se sont inscrits au tout premier programme académique de l'Université de l'Ontario français : un certificat de deuxième cycle en pédagogie de l’enseignement supérieur.

Il s'agira d'une cohorte fermée réservée aux enseignants du collège La Cité.

Le collège assumera ainsi tous les coûts liés au programme et utilisera ses propres locaux.

Le programme sera offert à la fois, individuellement et en groupe, à la fois sur place à La Cité et en ligne, a précisé Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes. Il a ajouté qu’il sera structuré en quatre blocs : repère, compétences, planification et projet intégrateur.

Il a également précisé que les diplômés de ce certificat auront la possibilité, s’ils le souhaitent, de poursuivre leur cheminement à la maîtrise dans le cadre d’une entente avec l’Université Laval.

Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes de l'Université de l'Ontario français parle devant un micro lors d'une conférence de presse.

Jason Luckerhoff, vice-recteur au développement des programmes de l'Université de l'Ontario français, a précisé que le programme sera offert en quatre blocs.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Le Conseil de planification de l’UOF avait émis, en 2017, la recommandation de mettre sur pied un programme de cycle supérieur en pédagogie de l’enseignement supérieur. Celui-ci devait être dispensé à tous les professeurs de l’université afin de les initier à la vision pédagogique de l'établissement.

Ce programme a intéressé le collège La Cité qui devient ainsi le premier client de l'UOF. Une seconde cohorte est envisagée pour l'hiver 2020, affirme M. Luckerhoff.

Le certificat, seule option de programme pour l'UOF

À savoir pourquoi l’UOF a choisi d'offrir un premier programme de deuxième cycle et non de premier cycle, la présidente du Conseil de gouvernance, Dyane Adam, a répondu que selon sa loi, l’université ne peut offrir que des certificats.

Ceux-ci n'ont pas besoin d'une approbation du gouvernement.

Elle a ajouté que la demande du marché, en l'occurrence du collège La Cité, avait rendu ce choix naturel. On fait seulement ce qu’on doit faire en tant qu’université, c’est-à-dire répondre au besoin de notre marché et offrir de la formation, a commenté Mme Adam.

Selon M. Luckerhoff, sept à huit autres certificats sont en chantier pour répondre à des demandes d'autres partenaires, dont certaines universités.

Toujours en attente de financement du gouvernement

L’Université de l’Ontario français a déposé quatre demandes de programmes de baccalauréat en septembre dernier, mais ceux-ci attendent leur validation par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités.

Le financement de l'établissement est toujours incertain. Il a été annulé par le gouvernement de Doug Ford lors de l'énoncé économique du 15 novembre dernier.

Depuis, la province réclame plus de fonds à Ottawa pour les services en français. Le fédéral répond depuis des mois qu'il est prêt à financer à la hauteur de 50 % l'Université de l'Ontario français dans le cadre de son Plan d’action aux langues officielles, si le gouvernement ontarien lui en fait la demande. Ce qui, pour le moment n'a pas été fait.

Dans une lettre envoyée au début du mois, la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a accentué la pression sur son homologue ontarienne, Caroline Mulroney.

Les deux ministres doivent prendre part à la prochaine Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne qui se tiendra les 27 et 28 juin, à Iqaluit, au Nunavut.

Toronto

Éducation