•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les traces de l'ancien village acadien de Baie-Verte

Jean-Luc Chassé a notamment retrouvé à Baie-Verte un boulet de canon français du 18 siècle.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Radio-Canada

Un résident de Baie-Verte, au Nouveau-Brunswick, met au jour des vestiges acadiens qui remontent au 18e siècle.

La chasse au trésor de Jean-Luc Chassé ne date pas d'hier. Le Québécois d'origine fouille le sol du parc de Baie-Verte depuis son déménagement dans la région, en 2003.

Un grand, grand, grand terrain, et c'est totalement méconnu. L'arpentage des jardins est assez encore évident. Je me dis que les gens doivent savoir ça. Les Acadiens ont un bout de terrain ici avec des traces de cette époque-là qui n'ont pas été bâties par-dessus, indique Jean-Luc Chassé.

Il cherche notamment les traces d’un moulin à l'emplacement de ce village acadien construit près du fort Beauséjour dans les années 1750. À l'époque, cette région était traversée par l’une des seules routes de ce qui allait devenir un jour le Nouveau-Brunswick. Baie-Verte était une porte d'entrée pour les voyageurs qui se rendaient à Québec.

En 1755, il y a eu la déportation des Acadiens. Les bâtiments ont été brûlés, mais apparemment, il y aurait un moulin qui aurait survécu, dit-il.

Près de trois siècles plus tard, plusieurs traces du village sont toujours visibles, dont des centaines de pieux.

En écoutant les gens qui nous décrivaient qu’il y avait déjà des Acadiens auparavant ici, je me suis fait une petite recherche sur Internet et je me suis dit : “Je vais documenter ça”, explique Jean-Luc Chassé.

L'homme manie son instrument dans un secteur marécageux.

Jean-Luc Chassé effectue ses recherches à l'aide d'un détecteur de métal.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Puis là, sur le terrain, je me suis dit : “En même temps, ce serait le fun de trouver des choses”. J’ai acheté un bon aimant, un bon détecteur de métal, une bonne paire de bottes, ajoute-t-il.

Il a mis au jour de nombreux vestiges, dont des outils, un boulet de canon français du 18e siècle, des ancres de bateaux et une pièce de monnaie de l'époque.

Moi, je ne suis pas acadien. Je parle français. Je suis de Montréal. Mais je n'en revenais pas. Ce n'est pas religieux, mais c'est spirituel, explique M. Chassé au sujet de ses recherches.

L'historien amateur souhaite qu'une plaque commémorative soit installée à l'entrée du parc pour rappeler l'histoire oubliée des Acadiens de Baie-Verte.

Avec les renseignements de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Histoire