•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chauffeur de la STO soupçonné d'avoir conduit avec les facultés affaiblies est arrêté

Un groupe de policiers derrière un autobus de la STO.

Les événements ont eu lieu peu après 17h, mercredi.

Photo : Gracieuseté de Julie O'Byrne

Radio-Canada

Le chauffeur d'un autobus de la Société de transport de l'Outaouais (STO) a été arrêté, mercredi après-midi, après avoir conduit le véhicule d'une façon « erratique », selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Les événements se sont produits peu après 17 h. Des passagers de l'autobus ont contacté les autorités alors que le véhicule circulait dans le secteur de Masson-Angers.

Les autorités ont intercepté l'autobus dans le secteur du boulevard des Laurentides alors que celui-ci faisait un arrêt. Il présentait des signes et symptômes d'intoxication, a précisé l'agente relationniste du SPVG, Andrée East.

Sandy Boulanger, l'un des passagers qui se trouvaient à bord du véhicule a ajouté que trois agents du SPVG sont montés pour demander au conducteur de sortir de l'autobus.

On a tous eu une drôle de face quand on a vu ça arriver, ils ont demandé au conducteur de sortir et le reste, ça s'est passé derrière l'autobus.

Sandy Boulanger, usager de la STO

Tous les occupants sont rentrés chez eux à pied, a indiqué M. Boulanger.

Selon le SPVG, le chauffeur a refusé de se soumettre à un test d'un appareil de détection approuvé (ADA), après quoi il a été arrêté puis libéré sous promesse de comparaître.

Pour sa part, la STO a indiqué par courriel, jeudi, que le chauffeur a été retiré de ses fonctions le temps de l’enquête.

Accusations

Les autorités ont confirmé, jeudi matin, que des accusations de conduite avec les capacités affaiblies et de refus de fournir un échantillon d'haleine seront soumises au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) dans ce dossier.

Dès qu'il y a un refus de fournir un échantillon, on a une accusation de conduite avec les facultés affaiblies et automatiquement, on suspend le permis de conduire pour 90 jours, a expliqué l'agente East.

Nous pouvons confirmer qu’un de nos membres a bel et bien été arrêté hier, mais je n’ai que très peu de détails sur les motifs et les circonstances, a pour sa part déclaré le président du local 591 du Syndicat uni du transport, qui représente notamment les chauffeurs de la STO.

Comme nous n’avons pas encore rencontré le chauffeur et que je n’ai pas le portrait complet de la situation, le syndicat ne fera aucun commentaire pour le moment, a précisé Guy Gosselin.

Le permis de conduire du conducteur a par ailleurs été suspendu pour une période de 90 jours.

Un deuxième incident en quelques mois

En novembre dernier, un autre chauffeur de la STO avait été arrêté au volant de son autobus avec les facultés affaiblies. Le chauffeur s'en était également pris physiquement à un passager.

À ce moment, une porte-parole avait qualifié la situation d'inacceptable et indiqué qu'un cas, c'est un cas de trop.

Robert Leduc, 47 ans, fait maintenant face à trois chefs d'accusation de conduite avec les capacités affaiblies et de voie de fait causant des lésions.

Le chauffeur a été congédié par le transporteur public quelques semaines plus tard. Il reviendra en cour à la fin août.

Malgré tout, M. Boulanger se dit inquiet de voir ces incidents se produire. En entrevue, il s'est rappelé du premier incident, en novembre dernier ainsi que de l'accident d'autobus à deux étages qui a tué trois personnes en janvier dernier.

C'est certain qu'on se fie là-dessus [les autobus] pour rentrer sain et sauf à la maison, a-t-il fait valoir. Je suis juste content qu'il n'y ait pas eu d'accident.

Avec les informations de Claudine Richard et de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Crimes et délits