•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rivière et un bassin artificiels construits à l'Université de Sherbrooke

Pr Jay Lacey, Olivier Savary, professionnel de recherche, Pr Robert Leconte et Pr Mathieu Nuth au chantier de construction du Complexe hydrologique, hydraulique et environnement.

C'est le professeur Robert Leconte (3e à partir de la gauche) qui a chapeaute le projet. Il est accompagné de Jay Lacey, d'Olivier Savary et de Mathieu Nuth.

Photo : Université de Sherbrooke

Radio-Canada

Un projet audacieux se met en place à l'Universitaire à Sherbrooke. Au cours des prochaines semaines, un bassin versant et une rivière expérimentale seront aménagés.

Ces infrastructures serviront de laboratoire pour y étudier des principes comme l'écoulement de l'eau et la présence de contaminants.

À lui seul, ce bassin versant aura une superficie de 90 mètres sur 40 mètres et sera alimenté uniquement grâce à l'eau de pluie. Au total, on évalue qu'il contiendra environ 3500 mètres cubes d'eau soit l'équivalent d'une piscine olympique.

Les chercheurs s'intéresseront aux végétaux qui filtrent les polluants et à l'humidité des sols, un facteur qui aide à prévoir les inondations.

Quant à la rivière, elle mesure près de 3 mètres de largeur sur environ 50 mètres de longueur. Elle fonctionnera « en circuit fermé et coulera dans une plaine inondable de 20 mètres de largeur, question de sonder les éléments en lien avec les inondations ».

Il y a vraiment très peu de rivières expérimentales extérieures sur la planète. Ce qui est vraiment intéressant avec cette rivière, c’est qu’on va pouvoir observer et mesurer le transport de sédiments, le changement géomorphologique en plan, l’érosion des berges et tester des mesures de stabilisation de lit et de berges à des échelles quasi réelles, explique responsable du volet hydraulique du projet, le professeur Jay Lacey.

Avec la rivière expérimentale, on va aussi analyser les meilleures pratiques pour la restauration des cours d’eau avec l’ultime objectif d’améliorer les habitats de certains poissons.

Jay Lacey, responsable du volet hydraulique du projet

Ce projet nécessite un investissement de plus de deux millions de dollars pour des infrastructures qui seront aménagées près du chemin Sainte-Catherine et du terrain de soccer.

La structure aura une durée de vie de 30 ans.

Estrie

Protection des écosystèmes