•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

686 millions de plus en transferts pour la formation des travailleurs

Offres d'emploi sur un babillard

En 2018, le nombre de postes vacants a augmenté dans six provinces et un territoire, dont le Québec.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Philippe-Vincent Foisy

Les gouvernements fédéral et québécois ont annoncé, ce matin, qu’ils se sont entendus pour renouveler leurs ententes sur la formation de la main-d'oeuvre et le développement du marché du travail après deux ans de négociations.

Ottawa versera 5,4 milliards de dollars à Québec pour aider les travailleurs et les entreprises à s’adapter aux nouvelles réalités du marché du travail.

L’entente prévoit une augmentation des transferts fédéraux d’environ 686 millions de dollars jusqu’en 2022-2023.

Le gouvernement Trudeau prévoit qu’avec ces sommes supplémentaires, environ 240 000 Québécois de plus pourront bénéficier notamment des programmes et des formations pour intégrer le marché de l'emploi, y rester, ou avoir accès à de nouvelles occasions de carrière.

Les gouvernements se sont fixé les objectifs d’augmenter les revenus des travailleurs et de faciliter l’intégration des groupes sous-représentés.

Entrevue avec Véronique Proulx, présidente-directrice générale de Manufacturiers Exportateurs du Québec, à RDI Économie

Plus tôt cette semaine, le premier ministre du Québec, François Legault, a cité en exemple la conclusion de cette entente pour expliquer à Patrice Roy qu’il pouvait s’entendre avec le gouvernement Trudeau.

Le ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, et non la ministre du Travail Patty Hajdu, en a fait l’annonce à Montréal avec le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet, et la ministre responsable des Relations canadiennes du Québec, Sonia Lebel.

Des exigences de reddition de comptes de la part du fédéral ont compliqué les négociations, entamées en 2017, reconnaît la ministre Lebel.  « C’est très important de comprendre que le Québec doit maintenir sa spécificité, doit maintenir ses compétences », a-t-elle souligné.

Elle invite ses vis-à-vis fédéraux à garder cette spécificité à l’esprit dans ses échanges avec la province, indiquant que cela pourrait permettre de conclure d’autres négociations prochainement.

Emploi

Politique