•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'environnement, champ de bataille entre conservateurs et libéraux

De la fumée s'échappe de deux cheminées.

Le Canada a créé une taxe carbone pour lutter contre les gaz à effet de serre.

Photo : Reuters / Peter Andrews

Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur n’a pas manqué d’attaquer ses adversaires libéraux lors de la présentation de son plan de protection de l’environnement, l’un des enjeux qui risquent de se retrouver au cœur de la campagne électorale. Tour d'horizon des grandes promesses des troupes d'Andrew Scheer et de Justin Trudeau.

Fiers d'avoir proposé le premier cadre pancanadien sur les changements climatiques lors de leur mandat, les libéraux comptent poursuivre dans cette lignée. Sous le feu des critiques après avoir donné le feu vert au projet d'expansion du pipeline Trans Mountain, Justin Trudeau entend répéter que développement économique et initiatives en faveur du climat peuvent aller de pair.

Du côté des conservateurs, l'essentiel du plan proposé pourrait se résumer à « plus de technologies vertes, pas de taxes ».

Si les deux partis promettent de respecter les engagements de l’Accord de Paris – soit de réduire de 30 % les seuils d'émissions de gaz à effet de serre (GES) de 2005 d'ici 2030–, ils comptent emprunter des chemins différents pour y parvenir.

Taxe carbone

S'ils obtiennent un deuxième mandat, les libéraux maintiendront la taxe carbone dans toutes les provinces déjà touchées, soit l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, le Manitoba et la Saskatchewan. À compter du 1er janvier, elle entrera en vigueur en Alberta.

Loin de faire l'unanimité, cette tarification risque fort d'être un sujet de débat pendant la campagne.

Estimant que cette taxe « ne fonctionne pas », Andrew Scheer promet de l’abolir et d'imposer un plafond d'émissions pour les grands émetteurs.

Selon le plan des conservateurs, les entreprises dépassant les plafonds fixés, qui n'ont pas encore été spécifiés, devront investir dans la recherche, le développement et l’adoption de technologies de réduction des émissions pour leur industrie.

Infrastructures

Les libéraux comptent investir 20 milliards de dollars dans les infrastructures vertes, ce qui comprend par exemple les aqueducs et les usines de traitement des eaux usées.

Pour leur part, les conservateurs veulent interpeller les familles en promettant des incitatifs. Ainsi, un gouvernement conservateur offrirait un crédit d'impôt remboursable de 20 % pour les rénovations de maisons avec des produits ou des technologies écoénergétiques.

Transports

Les libéraux consacrent 30 milliards de dollars à ce chapitre. De nombreux projets déjà lancés sont financés par des fonds fédéraux, comme le Réseau express métropolitain (REM), le tramway de Québec ou l’expansion du réseau de métro à Toronto.

Tel qu'annoncé par la ministre de l'Environnement Catherine McKenna en janvier dernier, le gouvernement libéral s'est fixé l'ambitieux objectif de vendre uniquement des véhicules à zéro émission au pays dès 2040. Le Parti libéral compte en ce sens offrir une aide pour l'électrification des transports.

En revanche, les conservateurs n'ont présenté aucune mesure concernant les transports publics, l’un des grands secteurs pollueurs au pays.

Technologies

Selon les estimations des libéraux, l’oléoduc Trans Mountain rapportera 500 millions de dollars de revenus fiscaux supplémentaires. Cet argent pourra servir à créer un fonds qui financera les mesures de transition énergétique au pays.

Pour leur part, les conservateurs prévoient dans leur plan la mise sur pied d’un fonds dédié à l’innovation et aux technologies vertes. Il s’agit d’un capital de risque géré par le secteur privé, indépendamment du gouvernement. Les conservateurs comptent réunir 1 milliard de dollars en y injectant 250 millions, alors que le secteur privé y mettrait 750 millions.

M. Scheer estime que le Canada possède une expertise dans les domaines de l’intelligence artificielle et des technologies de pointe qui permettront de développer les technologies vertes.

Les conservateurs ont également souhaité favoriser l'exportation de ressources vertes canadiennes, comme le gaz naturel liquéfié.

Et le plastique?

Si les libéraux se sont récemment engagés à bannir tous les emballages et articles de plastique à usage unique d’ici 2021, le plan conservateur ne présente pas de promesse à ce sujet.

Il en va de même pour la protection des océans et des côtes, qui ne sont pas au menu chez les conservateurs. Du côté des libéraux, ce sont 1,5 milliard de dollars qui ont été promis pour protéger les écosystèmes côtiers et marins du Canada.

Avec les informations d'Étienne Leblanc.

Politique fédérale

Politique