•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La quantité de saumons quinnat dans le fleuve Yukon est stable, selon un premier calcul

Des poissons qui nagent sous l'eau.

Une caméra sous-marine a capté des saumons chinook qui nagent dans le fleuve Yukon près de Whitehorse.

Photo : Yukon Energy

Radio-Canada

Les premières données sur le nombre de saumons quinnat effectuant leur montaison dans le fleuve Yukon cette année sont prometteuses, selon une biologiste du département des Pêches et de la Chasse en Alaska.

D'après Holly Carroll, le nombre de saumons quinnat, aussi appelé saumon chinook ou saumon royal, est similaire à celui de l’année dernière. Jusqu'à maintenant, 28 612 saumons ont été repérés par la station de décompte au sonar Pilot Station, en Alaska.

« Les choses peuvent changer, puisque nous ne sommes qu’au premier quartile dans la saison, mais tout est beau pour l’instant », dit-elle.

La remontée du saumon quinnat a légèrement augmenté ces dernières années, mais cette tendance n’a pas toujours été linéaire.La croissance a été trop lente pour les pêcheurs et le nombre de quinnat est encore bien inférieur aux niveaux enregistrés dans les années 1990.

Chaque année, ces poissons migrent pendant plus de 1000 kilomètres en tant que poissons adultes pour revenir de la mer de Béring en Alaska, puis remontent vers les frayères au Yukon.

Le réchauffement de l’eau, un risque

La température du fleuve Yukon, qui bat des records de chaleur, est un facteur à surveiller, selon la biologiste Holly Carroll.

D'après elle, les données recueillies par le département des Pêches et de la Chasse de l'Alaska indiquent des températures de l’eau de 15 °C, alors que la moyenne maximale est habituellement de 12 °C.

Ces mesures ne représentent pas la totalité du fleuve, car elles sont basées sur des mesures effectuées près de la côte. Cependant, Holly Carroll estime que cela suffit pour provoquer des inquiétudes.

« Je crois que [les températures élevées vont] rendre la vie dure aux poissons », estime Holly Carroll.

Selon des informations de Philippe Morin

Grand-Nord

Faune marine