•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation en appui aux syndiqués de la Résidence des Bâtisseurs

Deux femmes avec des pancartes en avant plan d'une manifestation

Des travailleurs de la Résidence des Bâtisseurs à Matane ont manifesté mercredi. Ils sont en grève depuis sept mois.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Joane Bérubé

Un peu plus d'une quarantaine de personnes, des syndiqués, des personnes âgées et des aidants naturels, ont manifesté mercredi après-midi en soutien à la quarantaine de travailleurs en grève depuis le 13 novembre 2018.

Les parties n’ont pas négocié depuis le 2 avril. Plusieurs enjeux sont sur la table dont, notamment, les conditions salariales.

Un préposé aux bénéficiaires gagne présentement 12,86 $ l’heure. Les gens sont mieux payés chez Tim Hortons, où ils gagnent 13 $ l’heure commente le conseiller syndical de la FTQ, Alexis Roy.

Le salaire moyen pour l’ensemble des employés serait de 13 $ l’heure; le syndicat souhaiterait que ce soit haussé à 15 $ l’heure.

Les dernières offres patronales proposaient des augmentations salariales, dont 14 $ l’heure pour les préposés aux bénéficiaires.

Le syndicat indique avoir refusé de proposer aux travailleurs de voter sur cette offre, car il la jugeait non conforme aux ententes déjà conclues.

Plainte de l'employeur

L'employeur a donc déposé, il y a deux semaines, une plainte au tribunal administratif du travail pour que le syndicat procède au vote. La cause a été entendue la semaine dernière.

Un homme avec un appareil qui imite le son des klaxons dans les mains.

Alexis Roy, conseiller syndical

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Le Syndicat attend maintenant la décision du tribunal pour savoir si les parties reprendront les négociations ou s’il devra préparer une nouvelle assemblée générale.

Si tel était le cas, le rejet des offres sera recommandé.

Selon le conseiller syndical, Alexis Roy, 25 clauses qui avaient déjà été paraphées ne sont pas incluses dans la proposition. Ces offres sont inacceptables, que ce soit du point de vue monétaire, du point de vue de la mobilité du personnel, des vacances, de l’absence d’activités syndicales.

Plaintes du syndicat

Le syndicat a lui aussi déposé une nouvelle plainte. Il affirme que l’employeur a fait de « l’ingérence dans les affaires syndicales ».

L’employeur a pris certaines petites mesures à l’interne pour influencer le vote, pour nous ça constitue de l’ingérence, dit Alexis Roy.

Des manifestants avec des pancartes dans la rue

Une quarantaine de personnes ont manifesté en après-midi devant l'édifice des Bâtisseurs à Matane

Photo : Radio-Canada

L’audience est prévue en septembre prochain.

Le syndicat a entamé d’autres recours devant les tribunaux, dont un sur la présence de travailleurs de remplacement.

Le syndicat soutient que l’employeur a illégalement recours à des agences de placement comme « briseurs de grève ».

La décision du tribunal est attendue sous peu.

Selon le conseiller syndical de la FTQ, mais aussi selon des résidents sur place venus appuyer les manifestants, les mouvements de personnel se sont multipliés au cours des derniers mois.

Des gens avec des affiches, des pancartes et des drapeaux de la FTQ

La manifestation regroupait des syndiqués mais aussi des locataires venus appuyer les travailleurs.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Beaucoup de grévistes ont démissionné. Des dizaines de personnes sont parties depuis un an, soutient Alexis Roy.

Un nouveau conciliateur, Jean Nollin, a été nommé dans le dossier.

Les négociations devraient reprendre lorsque le Tribunal du travail aura disposé de la requête de l’employeur sur le dépôt des offres patronales.

La direction de la Résidence des Bâtisseurs n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Relations de travail