•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cyclistes réclament une meilleure cohabitation des vélos et des véhicules à Gatineau

Des cyclistes qui écoutent un discours.

Plus d'une centaine de cyclistes ont participé au Tour du silence, à Gatineau, pour demander une meilleure cohabitation entre cyclistes et automobilistes.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Jean-François Poudrier

Plus d'une centaine de cyclistes ont manifesté à Gatineau — en silence —, mercredi, pour demander une meilleure cohabitation entre les vélos et les véhicules, afin de réduire le nombre de tragédies.

Le Tour du silence est organisé dans plus de 400 villes du monde, tous les mois de mai, pour sensibiliser la population à un meilleur partage de la route. À Gatineau, l'événement, qui devait avoir lieu le 15 mai, a été repoussé d'un peu plus d'un mois en raison des inondations qui ont frappé la région ce printemps.

Les cyclistes ont roulé pendant 6,6 km, dans les rues du secteur de Gatineau, pour sensibiliser la population au partage de la route. C'est encore un gros défi malheureusement, a affirmé Michel Craig, président de Vélo-Services Gatineau et organisateur du Tour du silence.

On a des situations qui ne se terminent pas toujours de façon malheureuse, mais qui sont dangereuses.

Michel Craig, président de Vélo-Services Gatineau

Le 18 mai dernier, un cycliste a été happé mortellement par un chauffard sur l'avenue Laurier, près de l'intersection de la rue Elgin, à Ottawa. Le chauffard a pris la fuite et n'a toujours pas été arrêté par le Service de police d'Ottawa, qui mène l'enquête.

Un vélo sur la chaussée

Un cycliste est mort des suites d'un délit de fuite à Ottawa, le 18 mai dernier.

Photo : Radio-Canada

Selon M. Craig, ce n'est que l'un des nombreux exemples d'accidents qui pourraient être évités avec une meilleure cohabitation entre les cyclistes et les automobilistes.

On a de part et d'autre des gens qui pensent que, parce qu'ils sont en vélo, ils peuvent faire fi de toutes les règles de circulations et des gens en auto qui, souvent involontairement, ne voient tout simplement pas les vélos.

Michel Craig, président de Vélo-Services Gatineau

Les cyclistes ont le droit de circuler sur la chaussée, et il n'y aura pas toujours des pistes cyclables séparées, donc c'est un meilleur partage de la route qu'on veut proposer, a-t-il affirmé.

Un homme en entrevue avec un casque de vélo.

Le conseiller gatinois du quartier du Versant, Daniel Champagne.

Photo : Radio-Canada

C'est une façon de rappeler aux gens de circuler de façon sécuritaire sur les routes de la ville, a ajouté le conseiller gatinois du quartier du Versant et adepte du vélo, Daniel Champagne.

Tantôt, je roulais sur le boulevard de l'Hôpital pour venir ici et il y a le conducteur d'une voiture qui m'a collé et qui aurait pu toucher mes poignées, alors qu'il avait tout l'espace nécessaire, a-t-il illustré. Il y a une cohabitation qui doit être repensée, et ça appartient autant aux automobilistes qu'aux cyclistes.

En mémoire de leur gendre

Guy Charbonneau et Chantal St-Pierre ont tenu à manifester en mémoire de leur gendre, mort dans un accident de vélo, il y a quatre ans. Il été frappé par un camion en revenant du travail.

Un homme et une femme à vélo en entrevue.

Guy Charbonneau et Chantal St-Pierre participaient au tour cycliste en hommage à leur gendre, qui est décédé après avoir été frappé par camion au retour du travail.

Photo : Radio-Canada

Après l'accident, j'étais incapable de reprendre mon vélo j'avais trop peur, a raconté M. Charbonneau. J'aime beaucoup faire du vélo, mais je ne me promène pas sur le boulevard Maloney ou sur le boulevard Lorrain. Je ne suis pas capable, j'ai trop peur de me faire frapper.

J'essaie de prendre des routes alternatives, mais y'en a pas beaucoup. [...] Des pistes cyclables, il n'y en a pas assez, ça manque. Il faudrait qu'il y en ait plus.

Guy Charbonneau, participant au Tour du silence de Gatineau

C'était un jeune homme, il avait seulement 33 ans, c'est affreux, c'est un gros traumatisme, a souligné Mme St-Pierre.

Ottawa-Gatineau

Prévention et sécurité