•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Saint-Jacques revient sur Terre

Après avoir passé six mois en orbite, l’astronaute canadien David Saint-Jacques revient sur Terre aujourd’hui.

Photo : NASA/Agence spatiale canadienne

Daniel Blanchette Pelletier

Le grand retour approche pour David Saint-Jacques. Après avoir passé plus de six mois dans l’espace, l’astronaute canadien fera ses adieux à la Station spatiale internationale en début de soirée.

Le départ est prévu pour 19 h 25 (HAE).

Après 204 jours passés en orbite, David Saint-Jacques et ses coéquipiers, l’astronaute Anne McClain de la NASA et le cosmonaute Oleg Kononenko, prendront le chemin du retour.

Si tout se déroule comme prévu, le vaisseau Soyouz qui les ramènera à leur vie « normale » se posera sur les plaines du Kazakhstan d’ici la fin de la soirée.

David Saint-Jacques a qualifié lui-même ce voyage de retour sur Terre d’un des moments les plus dangereux de sa mission spatiale. Mais ses proches ne vivent ni dans le stress ni dans l’appréhension.

Ce n’est pas moi qui suis en contrôle, confie sa femme Véronique Morin, médecin de profession. Je connais bien les équipes qui travaillent avec David et j’ai confiance.

En vivant dans ce milieu, on arrive à normaliser les risques. On intègre le risque à notre quotidien.

Véronique Morin

Au décollage, je me sentais prête, se rappelle-t-elle. On a eu trois ans pour se préparer à toutes les éventualités. On arrive au moment clé en se disant : "je suis ici pour vivre ce moment, pas pour avoir peur, mais plutôt pour apprécier que c’est beau et grand". C’est le génie humain qui se déploie.

Même s'ils se sont parlé tous les jours depuis décembre, Véronique Morin et leurs trois enfants, Pierre, Léon et Sophie, ont sans surprise très hâte d’être enfin tous réunis.

Un rôle clé

Un gros plan de David Saint-Jacques en combinaison spatiale.

À bord du Soyouz, David Saint-Jacques occupe le rôle de copilote.

Photo : NASA/Agence spatiale canadienne

Comme au décollage, David Saint-Jacques sera le copilote du vaisseau Soyouz, commandé par Oleg Kononenko.

Une responsabilité importante à laquelle il s’est préparé au cours des derniers jours. « Il a revu toutes les procédures pour être prêt à jouer ce rôle », assure Isabelle Tremblay, de l’Agence spatiale canadienne (ASC).

En tant que copilote, l’astronaute canadien veillera au bon fonctionnement des systèmes de communication et de survie du vaisseau et mesurera divers paramètres pendant le trajet. C’est aussi lui qui devrait prendre les commandes si Oleg Kononenko était incommodé.

Avant d’aller dans l’espace, tous les astronautes doivent passer des centaines d’heures à bord d’un simulateur du Soyouz, au centre de formation Youri-Gagarine, en Russie, pour être prêts à tous les scénarios possibles.

Le déroulement de la journée (HAE) :

  • 16 h 10 : fermeture de l’écoutille du Soyouz
  • 19 h 25 : désamarrage du vaisseau
  • 21 h 55 : rentrée atmosphérique
  • 22 h 48 : atterrissage dans les steppes du Kazakhstan
     

Ne manquez pas dès 22 h une émission spéciale sur le retour de David Saint-Jacques, animée par Alexis De Lancer et diffusée à ICI RDI, Radio-Canada.ca, Facebook/Radio-Canada Info et YouTube/Radio-Canada.

Comme un accident de voiture

Les astronautes s'installent en position couchée dans le module de descente du Soyouz pendant la rentrée atmosphérique, l’étape la plus éprouvante du voyage de retour.

Ils sont soumis à une forte accélération qui exerce une énorme pression sur le corps, selon l’Agence spatiale canadienne, qui évoque des symptômes potentiels tels que des nausées et des troubles de la vision.

L’impact au sol se compare quant à lui à un accident de voiture, selon le témoignage d’astronautes.

Chris Hadfield à sa sortie de la capsule Soyouz.

Chris Hadfield est le dernier astronaute canadien à avoir effectué le voyage de retour de la Station spatiale internationale à bord d’un vaisseau Soyouz. On le voit ici après une manœuvre d'entraînement.

Photo : NASA/Agence spatiale canadienne

Pendant le vol, la trajectoire d’entrée est surveillée par les équipes au sol, qui devront rejoindre la capsule pour aider les astronautes à en sortir.

Ils ont même été formés à survivre en milieu hostile, au cas où des conditions imprévues, comme une météo défavorable ou une défaillance technique, feraient dériver la capsule en région isolée ou hostile.

Après être sorti de la capsule, David Saint-Jacques sera rapidement rapatrié dans les quartiers généraux de la NASA, à Houston, au Texas, où l’attendent Véronique Morin et leurs enfants.

Le saviez-vous?

Le vaisseau Soyouz est le seul engin qui permet de transporter les astronautes entre la Station spatiale internationale et la Terre. Le voyage dure environ trois heures et demie. Chaque fusée n’est conçue que pour un seul aller-retour.

Enfin réunis

David Saint-Jacques salue son fils à travers une vitre.

David Saint-Jacques dit au revoir à son fils au décollage.

Photo : Reuters / Shamil Zhumatov

Après six mois, David Saint-Jacques sera enfin réuni avec sa famille.

Ça va clore une partie particulière de la mission, mais celle-ci est loin d’être terminée, comprend Véronique Morin.

La réhabilitation et la suite des expériences scientifiques qu’il a menées dans l’espace prendront du temps. Mais la famille de David Saint-Jacques pourra l’accompagner pendant toute la durée de la quarantaine aux États-Unis.

Il y a toutefois des moments qu’il ne pourra pas revivre, se désole Véronique Morin.

La chose la plus difficile a été son absence. Particulièrement le partage des petits événements de famille, les points saillants de la vie des enfants… la première dent que Léon a perdue, le passage de la fée des dents, raconte-t-elle. Il n’y a rien qui remplace la présence d’un papa à la maison.

Ce n’est pas parce qu’on n’est pas ensemble qu’on ne s’aime pas. Au contraire, quand on s’ennuie, c’est parce qu’on s'aime, et que les liens qui nous unissent sont forts.

Véronique Morin

Est-ce que la mission de David Saint-Jacques dans l'espace changera la dynamique familiale?

Les expériences qui présentent de grands défis nous changent, répond-elle. C’est la possibilité de grandir.

Les enfants sont plus résilients, plus matures, plus autonomes. Mon espoir, c’est que ça ait vraiment consolidé les valeurs qu’on voulait leur inculquer à travers ça, conclut Véronique Morin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Espace

Science