•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remplacement du Madeleine : des négociations avec la Davie, mais rien pour la CTMA

Le Madeleine arrive en fin de vie utile. Son remplaçant sera en mesure d'assurer des traversées hivernales, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Joane Bérubé
Philippe Grenier

Ottawa a entamé les discussions avec le chantier naval Davie pour la construction d’un nouveau traversier pour la liaison Cap-aux-Meules–Souris. Le choix de l’opérateur du futur navire reste toutefois en suspens.

Aucun fournisseur ne s’étant manifesté à la suite de la publication du préavis d’adjudication du contrat, Ottawa confirme que le contrat sera accordé au chantier naval de Lévis.

Selon le préavis publié le 22 mai dernier, le bateau de 130 m pourra accueillir 1500 passagers ainsi que 280 véhicules.

Ottawa souhaite que la construction s’étale sur 48 mois à partir de la signature du contrat.

Par contre, ce contrat ne devrait pas être signé avant quelques mois, prévient le ministre Garneau.

Le gouvernement et le chantier doivent d’abord s’entendre sur les plans et devis ainsi que sur le prix du nouveau navire.

On va le faire le plus rapidement et correctement possible, promet M. Garneau.

La CTMA dans l'expectative

Trois personnes qui discutent dans la salle d'attente de l'aéroport des Îles-de-la-Madeleine

Les ministres fédéraux Diane Lebouthillier et Marc Garneau, en discussion avec le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Par ailleurs, Ottawa n’a toujours pas conclu d’entente avec la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) pour que l’entreprise gère le futur traversier, comme elle le fait actuellement pour le Madeleine.

Les représentants de la CTMA, présents à la conférence de presse du ministre Garneau mercredi, n’étaient pas à la même table que les dignitaires. Le directeur Emmanuel Aucoin n’a pas voulu commenter la situation.

Actuellement, le contrat de la CTMA pour gérer le service de traversier a été prolongé de deux ans.

La CTMA voudrait signer un contrat de gestion de 20 ans avec Ottawa lors de la mise en service du remplaçant du Madeleine.

Le ministre Garneau assure que cette proposition est en analyse. On a décidé de reporter cette décision pour le moment. C’est quelque chose qu’on espère faire, à long terme. On a énormément de respect pour le professionnalisme démontré par la CTMA.

Des voitures dans un bateau

La capacité d'embarquement du remplaçant du Madeleine sera doublée, ce qui devrait permettre d'avoir plus de visiteurs aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le ministre ajoute que le gouvernement consultera la CTMA, qui gère le service, sur les spécificités techniques requises pour le nouveau navire.

L’avis des Madelinots, qui ont aussi été consultés sur la transformation de la desserte, sera inclus dans la réflexion de son gouvernement sur les caractéristiques du futur traversier, soutient le ministre.

Déception

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, aurait espéré que cette annonce soit aussi assortie d’une entente avec la CTMA.

On ne veut pas un nouveau bateau pour avoir un nouveau bateau, on veut aussi que le bateau soit opéré par une compagnie d’ici.

Le bateau, rappelle M. Arseneau, aura une durée de vie utile d’au moins une cinquantaine d’années. Une annonce favorable à la CTMA aurait été la bienvenue. Ç’aurait été rassurant pour la compagnie et pour les Madelinots, commente M. Arseneau.

rampe d'embarquement avec camion

Rampe d'embarquement pour le Madeleine, qui effectue la traversée entre Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard, et Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le gouvernement avait fait part de son intention d’acquérir deux nouveaux traversiers pour des liaisons dans l’Atlantique lors du dépôt du dernier budget du ministre des Finances, Bill Morneau.

L’intention de négocier de gré à gré avec le chantier Davie de Lévis avait été annoncée en mai dernier par le ministre des Transports.

Marc Garneau n’est pas en mesure de garantir si le processus de négociation avec la Davie se poursuivra si son gouvernement n’est pas réélu.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie