•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbus Canada satisfait de la C Series, l’A220 à la conquête du monde

Pour Philippe Balducchi, la part de l’A220 sera importante dans les 20 prochaines années sur le marché de 7000 appareils de 100 à 150 sièges.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Airbus Canada a annoncé cette semaine au Salon international de l'aéronautique du Bourget une commande pour 50 avions de la C Séries – désormais appelés A220. Il s’agit de la première commande pour les travailleurs de Mirabel au Québec depuis un an. Le PDG d’Airbus Canada, Philippe Balducchi, ne tarit pas d’éloges à propos de ces avions pour lesquels il prévoit un bel avenir.

En entrevue à RDI économie, Philippe Balducchi estime que la part de l’A220 sera importante au cours des 20 prochaines années sur un marché de 7000 appareils de 100 à 150 sièges.

L’A220, qui est né au Québec, est clairement de notre point de vue supérieur et le plus performant, affirme M. Balducchi.

Sans s’avancer sur le pourcentage exact que l’avionneur entend obtenir, il reconnaît que le but d’Airbus Canada avoisine des cibles dépassant les 50 %.

On devrait pouvoir aller chercher la part du lion sur ce marché.

Philippe Balducchi, PDG d’Airbus Canada

M. Balducchi explique qu’à terme l’usine de Mirabel pourra produire 120 avions par an. Il précise que l’usine de Mobile, en Alabama, est destinée au marché américain, alors que celle de Mirabel sera amenée à servir le reste du monde.

Le gouvernement du Québec aura l’occasion de vendre ses parts dans l’A220 à partir de 2023.

Pourra-t-il recouvrer son investissement de 1,3 milliard de dollars?

C’est le marché qui fera la valeur, mais ce que je peux garantir est que le produit est excellent […] C’est tout à fait possible, répond le PDG d’Airbus Canada.

Industrie aéronautique

Économie