•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants de SFU s’interrogent sur la crise du logement à Vancouver

Un homme assis à un ordinateur s'adresse à un public photographié de dos.

Les recommandations des étudiants ont été présentées au public lors d'un forum à la SFU.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Milette-Gagnon

Radio-Canada

En s’inspirant de quatre métropoles pour résoudre la crise du logement du Grand Vancouver, des étudiants de l'Université Simon Fraser (SFU) ont présenté des recommandations en analysant la gestion du logement à Vienne, à Montréal, à Hong Kong et à Berlin.

La rencontre publique organisée mercredi à Vancouver présentait le fruit de leurs discussions consacrées à l’engagement civique et au manque de logements abordables.

Pendant un semestre, ces 16 étudiants ont planché en groupe sur les exemples des quatre villes.

Alexandre Milette-Gagnon a recueilli les témoignages de trois participants

Comment trouver un logement abordable? Quelles solutions les autres villes essaient-elles pour résister à la pression des prix? Comment permettre à de jeunes adultes de devenir propriétaires? Et, à une échelle plus large, quelles politiques publiques adopter pour freiner cette envolée des prix?

«La Ville de Berlin a beaucoup de pouvoirs comme municipalité pour faire des changements», dit Victor Yin, participant francophone de la cohorte.

Il cite son propre exemple pour illustrer la crise du logement dans la région de Vancouver : « Comme quelqu’un qui est né et a vécu à Burnaby toute sa vie, je sens que je ne peux pas vivre ici. Il faudra que je déménage ailleurs, vers des endroits plus abordables. »

L’étudiante Marie-Gabrielle Béchard rappelle que ses camarades et elle sont les premiers touchés par la crise du marché locatif, à Vancouver.

Portrait rapproché d'une jeune fille brune très souriante portant une marinière.

L'étudiante Marie-Gabrielle Béchard a analysé la gestion du logement par la Ville de Hong Kong.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Milette-Gagnon

Une intervenante leur a demandé un jour qui, dans la classe, se verrait vivre à Vancouver dans les deux prochaines décennies. « Presque personne n’a levé la main. C’est là que l’idée [du forum] est venue, les jeunes vont quitter la ville, et la ville se retrouvera sans jeunesse. »

Marie-Gabrielle Béchard a rejoint le groupe d’étude sur le cas de Hong Kong. Selon ses observations, il faudrait « créer plus d’occasions pour que les jeunes deviennent propriétaires, mais plutôt de petits appartements ou de petites maisons, à la mode en ce moment. »

Elle déplore que les règles de zonage ne le « permettent pas dans certains quartiers à Vancouver ».

Son camarade de groupe, Brian Portner, ne tarit pas d’éloges au sujet de Hong Kong : « Il y a beaucoup de services différents offerts dans les complexes de logements. Ça crée un sens de communauté. »

Dans leurs esquisses de recommandations, les participants citent également Montréal, séduits par l’« engagement civil » en matière de logement.

« Ici, les jeunes ont besoin de vivre avec leurs parents [ou alors] de vivre avec beaucoup de gens [ou encore] de parcourir de longues distances pour arriver en ville. »

Avec les informations d'Alexandre Milette-Gagnon

Colombie-Britannique et Yukon

Économie