•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soupir de soulagement des petites municipalités albertaines le long de Trans Mountain

La conduite du pipeline Trans Mountain est déchargée à Edson, en Alberta le mardi 18 juin 2019.

La décision d'Ottawa sur l'approbation de l'expansion de Trans Mountain a créé une avalanche de réactions en Alberta.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

Marie-Pier Mercier

La décision d'Ottawa sur l'approbation de l'expansion de Trans Mountain a créé une avalanche de réactions en Alberta. Dans les grandes villes, certes, mais aussi en région, le long du tracé du pipeline.

Edson est l’une d’entre elles. Située à mi-chemin entre Edmonton et les Rocheuses, son économie tourne au ralenti ces dernières années.

« Avec l’interruption du projet, ç’a vraiment été difficile pour notre communauté. Notre municipalité s’est vidée », déplore son maire, Kevin Zahara.

Les immenses tuyaux voués à l’agrandissement du pipeline s’empilent depuis des mois.

La Cour d’appel fédérale avait interrompu les travaux d’expansion de l’oléoduc l’an dernier, imposant à Ottawa de reprendre ses consultations avec les Autochtones et ses évaluations des impacts environnementaux le long de la côte ouest-canadienne.

Des restaurants et des hôtels déserts

« Les hôtels et les autres commerçants attendent ce pipeline comme les gens attendent de l’eau dans un désert », affirme Bogusha Pomerenke, la gérante du Nova Inn Edson.

La construction du pipeline va nous ramener à la vie!

Bogusha Pomerenke, gérante du Nova Inn Edson

Selon elle, cela créera de l’emploi pour des milliers de personnes et les restaurants et les hôtels recommenceront à être achalandés.

Ces jours-ci, elle s'estime chanceuse lorsque son établissement est rempli à moitié.

Des réjouissances avec retenue

Derron Lehman, le propriétaire d’une entreprise de transport pétrolier à Edson qui a vu son entreprise perdre la moitié de ses employés, croit que la décision d’Ottawa est un pas dans la bonne direction.

Toutefois, il ne veut pas se réjouir trop vite. « Je vais le croire quand les tuyaux seront en terre. Ça va prendre quelques années avant que je reprenne confiance » en la réalisation du projet, dit-il.

Selon lui, avec toutes les contestations et les interruptions des dernières années, le projet n’est qu’à une requête judiciaire près d’être encore une fois retardé.

D’ailleurs, des communautés autochtones envisagent déjà de s’opposer à la décision d'Ottawa en Cour d’appel fédérale.

Avec les informations de Terry Reith.

Alberta

Industrie pétrolière