•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autoroute 13 : les automobilistes indemnisés recevront leur chèque l'an prochain

Des voyageurs prisonniers dans leur véhicule sur l'A13.

L'embouteillage survenu sur l'A-13, en mars 2017, a bloqué certains véhicules pendant plus de 12 heures.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Hugo Prévost

L'entente à l'amiable entre le gouvernement du Québec et les près de 300 automobilistes restés coincés sur l'autoroute 13 en 2017 a été approuvée par un juge, mercredi. La fin de ce volet des démêlés juridiques signifie que les personnes lésées recevront une indemnité l'an prochain.

Selon le document approuvé mercredi en Cour supérieure, les automobilistes coincés par la tempête de neige s'étant abattue sur la région montréalaise, dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, auront droit à un montant allant de 350 $, pour avoir patienté pendant 4 heures et moins dans leur véhicule, jusqu'à 1100 $, dans les cas où les conducteurs ont attendu 10 heures et plus.

Dans les cas où les gens coincés dans la tempête de neige étaient âgés de 12 ans et moins, ou de 75 ans et plus, les primes seront majorées de 25 %.

Au total, les victimes de l'embouteillage se partageront un montant avoisinant les 2 millions de dollars.

Cette majoration sera également accordée si une passagère ou conductrice était enceinte au moment des faits, si une personne touchée a été hospitalisée dans les 48 heures de l'événement en raison de celui-ci, ou encore si une personne a été contrainte à un arrêt de travail par un professionnel de la santé des suites de l'embouteillage.

Le gouvernement du Québec avait approuvé l'entente en mars dernier; ne restait plus, alors, qu'à la faire confirmer par le tribunal. À l'époque, environ 2500 personnes étaient inscrites comme participantes à l'action collective.

« Nous sommes moins de trois ans après le début de l'action collective; c'est très rapide [comme règlement] », juge Marc-Antoine Cloutier, qui faisait partie des avocats ayant représenté les victimes dans cette affaire.

« On a divisé l'autoroute en quatre zones; dès qu'on sait qu'on a une zone complète [où toutes les réclamations ont été présentées], on va distribuer l'argent », a-t-il ajouté lors de son passage à l'émission Isabelle Richer, sur les ondes d'ICI RDI.

Montréal persiste et signe

À la Ville de Montréal, on continue toutefois de contester l'action collective. Selon les requérants, Montréal était elle aussi responsable du cafouillage, puisque les tronçons d'autoroute touchés par la congestion se trouvent sur son territoire.

La Ville est par ce fait même responsable des interventions des services d’urgence sur les portions d’autoroute visées par la poursuite judiciaire.

« En réglant, le gouvernement du Québec n'a pas reconnu sa responsabilité et n'a pas voulu faire le débat de fond; la Ville veut faire le débat de fond. On va le faire, mais c'est moyen en termes d'utilisation de ses ressources », a indiqué Me Cloutier.

Lors de l'embouteillage, deux camions enlisés dans la neige ont bloqué des voitures sur l'autoroute 13 sud, à la hauteur de Lachine, pendant plus de 12 heures. Certains automobilistes ont passé la nuit dans leur véhicule, alors que d'autres ont dû se résigner à abandonner leur voiture sur place pour rentrer à la maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Justice et faits divers