•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usage de langage grossier dans des parcs sera bientôt puni à Essex

 Un édifice entouré des arbres

L'édifice de la Municipalité d'Essex

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les utilisateurs des parcs d'Essex, dans le sud-ouest de l'Ontario, devront bientôt surveiller leur langage. Le conseil municipal a demandé lundi soir un rapport proposant des mesures pour limiter les propos grossiers dans les espaces publics.

L'idée a été lancée par le maire adjoint Richard Meloche comme moyen d'éliminer l'intimidation et la violence verbale. Selon lui, certaines personnes se sont plaintes d'avoir été intimidées par des adolescents notamment.

Dans le cadre du rapport qui sera préparé, le directeur des services communautaires de la Ville, Doug Sweet, devra suggérer des moyens pour décourager l'utilisation d'un langage grossier dans les parcs et les installations de loisirs de la région.

Tout a commencé par un incident dont j'avais entendu parler, raconte M. Meloche. Mais après en avoir parlé en public et avoir demandé que quelque chose soit fait, j'ai entendu parler d'autres incidents qui se sont produits.

Richard Meloche ajoute qu'il n'était pas certain du type de punition qui pourrait être imposé.

Les conseillers soutiennent, mais certains sont sceptiques

Pour la plupart, les conseillers d'Essex sont favorables à l'interdiction. Mais tous ne sont pas convaincus que les abus verbaux et l'intimidation dans les espaces publics sont des problèmes graves.

Chris Vander Doelen, conseiller du quartier 3, a déclaré que ses collègues et lui avaient respecté la motion, tout en ajoutant que ce n'est pas un problème grave.

Jurer et faire de l'intimidation dans le parc. Si c'est le plus gros problème d'une ville, alors nous n'avons vraiment aucun problème, a-t-il déclaré.

Windsor

Affaires municipales