•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sondage des employés de l'Hôpital Saint-Boniface critiqué

Panneau à l'entrée de l'Hôpital Saint-Boniface.

Un sondage a été envoyé aux employés de l'Hôpital Saint-Boniface quelques jours après la formulation de nouvelles plaintes de la part du personnel et environ une semaine après l’augmentation subite du nombre de patients.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Hôpital Saint-Boniface interroge le personnel pour connaître ses réactions face au surmenage des employés, au manque de lits et à la qualité des soins fournis aux patients, mais le syndicat des infirmières dit que ce sondage fait fausse route.

L’Hôpital a envoyé, lundi, une note de service interne invitant le personnel à participer à un court sondage sur son fonctionnement.

« Nous comprenons que l'année dernière a été difficile pour nous tous en cette période d'incertitude et de changements sans précédent dans notre système de soins de santé », lit-on dans la note de la présidente-directrice générale de l’Hôpital, Martine Bouchard.

« C'est pourquoi il est si important que nous unissions nos forces », peut-on aussi lire.

Dans le sondage, on demande notamment au personnel de choisir des options qui illustrent les forces de l'Hôpital. On souhaite également que les travailleurs déterminent les principaux domaines à améliorer, ou encore quelles caractéristiques de l’Hôpital Saint-Boniface devraient être conservées.

L’enquête a été envoyée quelques jours après la formulation de nouvelles plaintes de la part du personnel et environ une semaine après l’augmentation subite du nombre de patients.

Le 12 juin, la situation de l’urgence était devenue « critique » et « insalubre ».

Une dame aux cheveux blonds mi-longs et en tailleur noir sourit à l'objectif.

Martine Bouchard, présidente-directrice générale de l'Hôpital Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

L'Hôpital Saint-Boniface avait été contraint de refuser certains patients qui n’étaient pas en situation jugée urgente.

Une femme est morte alors qu'elle attendait une opération chirurgicale au milieu du chaos.

De son côté, le président-directeur général de l'Office régional de la santé de Winnipeg, Réal Cloutier, a minimisé l'importance de la note, affirmant qu'elle ne reflétait pas ce qui se passait réellement à l'hôpital et que les personnes en situation d'urgence étaient toujours admises.

Pour sa part, la présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba, Darlene Jackson, est satisfaite que l'Hôpital prenne des mesures pour écouter les préoccupations des infirmières, mais critique la qualité du sondage.

La consultation devrait être davantage centrée sur ce que le personnel de première ligne juge nécessaire d'améliorer à l'Hôpital, selon elle, plutôt que de « poser des questions suggestives qui ne traitent pas des problèmes soulevés à maintes reprises par les infirmières ».

Une dame aux courts cheveux roux s'exprime dans la rue, avec en arrière-plan le Health Science Center de Winnipeg.

Darlene Jackson, présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba

Photo : Radio-Canada

« Après presque deux ans de bouleversements dans notre système de soins de santé, il est regrettable qu'un sondage censé fournir des informations aussi importantes qu'un plan stratégique ne se concentre pas sur les problèmes fondamentaux auxquels les infirmières doivent faire face », ajoute Mme Jackson.

« Les infirmières doivent faire de nombreuses heures supplémentaires, et la charge de travail est insoutenable en raison des compressions dans les services de santé. Les fermetures d’urgences empêchent de fournir des soins de qualité aux patients. »

L'Hôpital Saint-Boniface n’a pas encore fait de commentaires au sujet du sondage.

Manitoba

Santé publique