•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle taxe sur l'immatriculation pour financer les transports collectifs

Images génériques pour illustrer la congestion routière sur le réseau montréalais.

Les propriétaires montréalais de véhicules de promenade ne seront plus les seuls à devoir débourser 50 $ par année pour financer le transport collectif.

Photo : Ivanoh Demers

Hugo Prévost

Les automobilistes du Grand Montréal devront débourser un peu plus d'argent pour aider à renflouer les coffres des sociétés de transport en commun. La proposition de hausse de taxes a toutes les chances d'être adoptée lors de la prochaine réunion de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), prévue jeudi.

Outre les maires de Montréal et Laval qui sont en faveur de la mesure, la majorité des élus de l'agglomération de Longueuil seraient également favorables à la nouvelle taxe.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, ce montant supplémentaire s'établira à 50 $ par année, une somme qui sera exigée dès 2021 pour combler le manque à gagner des sociétés de transport collectif et développer davantage le service.

Les automobilistes de Montréal paient déjà un tel montant. En vertu de cette hausse prévue, le transport en commun pourrait compter sur des entrées d'argent de l'ordre de 100 millions de dollars par année, en incluant la contribution de Montréal, issues de cette taxe sur l'immatriculation.

« On parle d'environ 1 $ par semaine », a plaidé le maire de Laval, Marc Demers. « On parle d'une taxe qui a comme objectif d'alléger la congestion routière, d'améliorer les transports en commun, et évidemment, d'atténuer le problème des GES [gaz à effet de serre, NDLR], améliorer la qualité de l'air », a-t-il précisé.

« Les gens ne sont pas contents [de payer de nouvelles taxes], mais en même temps, les gens ne sont pas contents d'être pris dans des bouchons de circulation. Avec la venue du REM [Réseau express métropolitain, NDLR], les gens veulent une amélioration du transport en commun, et il faut trouver une façon de financer cela », a poursuivi M. Demers, avant de rappeler que l'essentiel des revenus municipaux provient des taxes foncières, et qu'il est donc nécessaire de diversifier les sources de financement.

Si je demande aux citoyens de payer un dollar par semaine pour économiser une heure ou deux dans les transports, [...] je pense que bien des gens vont être contents.

Marc Demers, maire de Laval

Le coût de la congestion dans la région nord de la métropole, si rien n'est fait pour améliorer la circulation? Près de 2 milliards de dollars, soutient le maire de Laval.

Une région, plusieurs réalités

Lors d'un point de presse, mercredi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a défendu la multiplicité des projets visant à accroître le nombre de résidents empruntant les transports collectifs, ou encore le vélo, qu'il soit en libre-service ou non.

« À la CMM, nous sommes 82 municipalités; chacune a des réalités différentes [...] Donc, tout en ayant une compréhension des enjeux différents, il n'en demeure pas moins que la CMM doit prendre des engagements fermes et se positionner [en matière de financement du transport collectif », a déclaré Mme Plante.

La première magistrate de la métropole a toutefois rappelé que ce sont bel et bien Québec et Ottawa qui ont le pouvoir de délier les cordons de la bourse et d'« investir massivement » dans les réseaux de transport en commun.

« Ce qu'on veut, ce sont des engagements clairs », a soutenu la mairesse.

La ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, avait déjà fait savoir, l'automne dernier, qu'elle n'était pas en faveur d'une taxation supplémentaire des automobilistes des banlieues pour mieux financer les réseaux de transport collectif.

Légalement, le gouvernement caquiste n'a toutefois pas le pouvoir d'empêcher la CMM d'agir en ce sens.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine et Julie Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique provinciale