•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Algonquins revendiquent une place à l'ambassade autochtone

La façade de l'ancienne ambassade des États-Unis à Ottawa.

L'ancienne ambassade des États-Unis à Ottawa, que Justin Trudeau compte transformer en ambassade autochtone. (archives)

Photo : Radio-Canada / Sean Kilpatrick/Canadian Press

Émilie Parent Bouchard

La nation algonquine se prépare à occuper l'ancienne ambassade des États-Unis à Ottawa, le 100 rue Wellington.

Il y a deux ans, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé que ce bâtiment allait être dédié aux Inuits, aux Métis et aux Premières Nations.

Mais la nation algonquine déplore de ne pas être consultée d'égal à égal avec les organisations nationales inuites et métisses ainsi que l'Assemblée des premières nations (APN) quant à l'utilisation du bâtiment, alors qu'il est situé sur les terres ancestrales de la nation algonquine.

La grande cheffe du Conseil tribal de la nation algonquine anishinabeg, Verna Polson, compte s'installer devant le 100 rue Wellington à compter de mercredi soir.

On commence la protestation, je vais être là dans un tipi à côté du 100 Wellington Street. Comme c'est là, les organisations ne veulent pas être des [partenaires égaux] avec la nation algonquine. Pour combien de jours, je ne sais pas. Je vais être dans mon tipi et si les trois organisations veulent me parler, je vais être là. C'est notre territoire ancestral et il faut être respectés sur notre territoire, les Algonquins.

Le chef de l'Assemblée des premières nations du Québec et du Labrador appuie ces revendications.

Ghislain Picard indique d'ailleurs avoir transmis sa position écrite au chef de l'Assemblée des premières nations, Perry Bellegarde.

On a transmis une lettre à l'Assemblée des premières nations pour demander au chef national d'être avec le leadership algonquin à compter de jeudi prochain. Donc on suit le tout de près, je suis en contact avec mes collègues des autres régions pour que mes collègues de l'exécutif national soient également en solidarité avec la nation algonquine, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones