•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission scolaire English-Montréal expulse des personnes âgées

Réjean Beaume et sa mère, Lucille Boucher, Résidents

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

Jean-Philippe Robillard
Daniel Boily

Alors que la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) dispose de classes vides et d’immeubles excédentaires, elle reprend deux bâtiments loués à des résidences privées pour aînés du quartier Ahuntsic. Une source d’anxiété pour 80 personnes âgées qui doivent déménager.

Réjean Beaulne est préoccupé. Sa mère de 85 ans qui habite la résidence Le Saint-Joseph d'Ahuntsic sera forcée de déménager d’ici quelques mois.

Lucille Boucher répond aux questions du journaliste Jean-Philippe Robillard.

Lucille Boucher, résidente de la maison de retraite Le Saint-Joseph d'Ahuntsic.

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

En poussant le fauteuil roulant de sa mère, Réjean Beaulne ne peut s’empêcher de penser que bientôt cette résidence et son personnel ne seront plus que des souvenirs. Il y a quelques jours, sa mère Lucille Boucher et les 44 autres résidents de l’endroit ont appris qu’ils devront bientôt déménager. « Ça n’a pas d'allure, mettre les gens dehors comme ça. Ça n'a pas de sens. »

Depuis, sa mère est triste et bouleversée. Elle a même du mal à dormir.

Je trouve ça dur de partir. Je ne suis pas d'accord qu'ils nous mettent dehors. Moi, ça fait neuf ans que j'étais ici. J'étais bien. Ça me fait de quoi de partir.

Lucille Boucher

Pour Lucille Boucher, c'est plus qu'une résidence qu'elle quitte. C'est une famille, des amis. « Je m'en vais, mais je m’en vais à reculons. On n’a pas le choix parce qu’on est obligés de s'en aller. »

Vue à vol d'oiseau d'un quadrilatère du nord de Montréal.Agrandir l’image

Site qui est la propriété de la Commission scolaire English-Montreal sur lequel la vocation de deux bâtiments sera revue. Les maisons de retraite se trouvent aux extrémités nord et sud du site.

Photo : Radio-Canada / Google

Des gicleurs pour 2020

Le compte à rebours a commencé en février dernier lorsque la Commission scolaire English-Montréal a envoyé des avis de résiliation de bail aux responsables des résidences pour aînés Le Saint-Joseph d'Ahuntsic et Les Jardins Élysée. Les deux résidences occupent depuis des années des bâtiments « excédentaires » adjacents au Centre d'éducation aux adultes Saint-Pius X sur l’avenue Papineau, dans le nord de Montréal.

L’avis remis aux propriétaires précise qu’en raison « des nouvelles exigences légales applicables aux bâtiments qui accueillent des personnes âgées, l’administration recommande qu’un avis soit transmis aux locataires afin de résilier les conventions de bail au plus tard le 30 juin 2020 ».

En principe, tout bâtiment qui abrite une résidence pour personnes âgées devra être muni d’un système de gicleurs et au besoin de murs coupe-feu dès décembre 2020.

La propriétaire de la résidence Les Jardins Élysée qui loge 33 personnes âgées, Isabelle Lukawecki, affirme qu’elle a offert à la Commission scolaire de payer les coûts des travaux d’installation et de faire des démarches pour obtenir des subventions. « J'ai proposé de payer les frais de travaux et ils ont refusé. J’ai proposé d'acheter le bâtiment et ils ont refusé. »

Isabelle Lukawecki assise à un bureau.

Isabelle Lukawecki, propriétaire et directrice de la résidence Les Jardins d'Élysée

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

Même son de cloche chez son collègue de la résidence Le Saint-Joseph d'Ahuntsic. « On leur a offert d'acheter la bâtisse, et ça aussi ils ont refusé », affirme Jean Labelle. Propriétaire de la résidence depuis une vingtaine d’années, il ajoute avec beaucoup d'émotion : « On déracine nos gens. J'ai peut-être des gens qui vont mourir à cause de ça ».

Jean Labelle attablé près d'une fenêtre donnant sur un jardin.

Jean Labelle, propriétaire de la résidence Le Saint-Joseph d'Ahuntsic

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

Résultat, près de 80 personnes âgées, dont plusieurs sont atteintes de la maladie d’Alzheimer, de troubles cognitifs ou qui sont semi-autonomes, devront déménager dans les prochains mois. Des aînés pour la plupart à faible revenu qui pourraient avoir des difficultés à se reloger. Le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal indique que l’établissement « sera présent afin de soutenir et accompagner les résidents à se trouver un nouveau milieu de vie ».

C’est inhumain, immoral. Je sens que ce sont des gens qui prennent des décisions dans leur bureau sans voir l'impact que ça peut avoir sur nos personnes âgées.

Jean Labelle, propriétaire de la résidence Le Saint-Joseph d'Ahuntsic

À la Commission scolaire English-Montréal, un porte-parole nous écrit que l’avis de résiliation a été envoyé plus de 16 mois avant la date de résiliation « afin d’assurer une transition en douceur ».

Angela Mancini devant une bibliothèque.

Angela Mancini, présidente de la CSEM

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

De plus, l’organisation « envisage d'utiliser les locaux, notamment pour des programmes pédagogiques, dont la possibilité d’un lab-école, pour un centre de correction des examens pour les enseignantes et enseignants, pour des salles de réunions à des fins de développement professionnel des employés ainsi que pour des bureaux administratifs ».

On regarde cet édifice-là... pour faire autre chose et loger d'autres services de la commission scolaire.

Angela Mancini, présidente de la commission scolaire English-Montréal

Pourtant, la commission scolaire anglophone a plus de 250 classes disponibles dans ses écoles et des immeubles excédentaires dans son réseau.

« Des fois, ça dépend de la quantité d'espaces qu'on a besoin pour ce type de services là. Je pense aussi qu'il y a une volonté que nos programmes qui sont à Saint-Pius X eux aussi aient la possibilité de grandir. »

Je peux comprendre que ce changement-là n'[en] est pas un qui sera facile.

Angela Mancini, présidente de la commission scolaire English-Montréal

La présidente évoque également la présence d'amiante dans les bâtiments afin de justifier la décision la CSEM.

La CSEM était disposée encore tout récemment dans le cadre des négociations avec la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI) à leur offrir le Centre d’éducation des adultes Galileo de Montréal-Nord et à déplacer plus de 600 élèves au Centre de carrières Saint-Pius X, sur l’avenue Papineau.

Par ailleurs, la CSEM a obtenu de l’arrondissement Ahuntsic plus tôt en 2018 les autorisations nécessaires afin d’agrandir le Centre de carrières Saint-Pius X, en particulier l'école culinaire Saint-Pius X « en aménageant un restaurant ouvert au public avec une salle à manger, un bistro et une terrasse extérieure. Un espace traiteur pour les mets cuisinés à emporter est également prévu ».

Les deux propriétaires se disent ébranlés et épuisés par la situation. Ils ont annoncé la fermeture aux familles et aux employés. Ils disent ne pas avoir eu le temps de trouver un autre bâtiment pour poursuivre leurs activités.

Centre d'éducation des adultes Saint-Pius X est un édifice en briques.

Centre d'éducation des adultes Saint-Pius X à Montréal

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

Avec la collaboration de Sudha Krishnan 

Grand Montréal

Éducation