•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la Jamaïque utilise avec succès le reggae pour éduquer ses citoyens

Une murale au milieu de la végétation

Une murale représentant notamment les chanteurs de reggae Bob et Ziggy Marley à Kingston, en Jamaïque

Photo : AFP/Getty Images / ANGELA WEISS

Radio-Canada

La situation économique de la Jamaïque s’est bien redressée, selon la Banque centrale du pays, qui a décidé de propager la bonne nouvelle en ayant recours à un symbole de cette île des Caraïbes : sa musique reggae.

Il y a quelques années, la Jamaïque faisait face à un taux de chômage de 15 % et à un taux de croissance inférieur à 1 %. Aujourd’hui, le taux de chômage a chuté à 8 % et le pays vient de vivre 18 trimestres consécutifs de croissance économique.

Toutefois, il faut encore fournir quelques efforts pour améliorer la situation économique du pays. Et certains Jamaïcains, surtout les plus pauvres, tardent à bénéficier de cet embellissement économique.

Le musicien reggae Tarrus Riley mis à contribution

Pour convaincre les citoyens de l'importance du maintien de cette croissance économique, la Banque de la Jamaïque a choisi d'utiliser la musique reggae.

Plusieurs vidéos de promotion ont été mises en ligne ces dernières semaines. Dans l'une d'elles, la vedette du reggae Tarrus Riley chante pour vanter les mérites d’une inflation durablement basse. Car stabiliser l’inflation à un taux compris entre 4 et 6 % est désormais une priorité pour la Jamaïque.

Le reggae pour parler aux gens

« L’idée est de communiquer de la meilleure manière possible, et en Jamaïque, rien n’aide plus la communication que la musique », a déclaré Nigel Clarke, le ministre des Finances et des Services publics.

Un avis que partage Sonjah Stanley Niaah, directrice de l’institut sur les études caribéennes de l’Université des Indes occidentales.

Utiliser la culture pour éduquer tout en divertissant – pour édudivertir – va de soi. Dans ce cas, on parle d’un contexte où la musique est inscrite dans l’ADN des gens.

D'ailleurs, en novembre dernier, le reggae, né en Jamaïque dans les années 1960, est entré au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts