•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réglementation des résidences pour personnes âgées sera resserrée au Québec

Marguerite Blais devant des micros.

La ministre des Aînés et des Proches aidants Marguerite Blais en mêlée de presse, au lendemain de la parution du rapport du coroner concernant le décès d'Hélène Rowley Hotte Duceppe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans la foulée du rapport de la coroner sur la mort d'Hélène Rowley Hotte Duceppe, paru mardi, la ministre québécoise responsable des Aînés et des Proches aidants annonce qu'elle modifiera le processus de certification adopté en 2018 afin d'améliorer les dispositifs de sécurité des résidences privées.

En mêlée de presse, mercredi matin, Marguerite Blais a mentionné avoir débuté des rencontres à ce sujet avec ses homologues de la Sécurité publique, de l'Habitation et de la Régie du bâtiment.

« On est en train d’étudier cette situation-là […] il y a des choses encore à bonifier. On va le faire proprement, on va le faire dans l’ordre. On ne va pas faire des actions/réactions tout de suite », a -t-elle lancé.

Vous avez une responsabilité morale quand vous avez une résidence pour personnes âgées.

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Mme Blais n'a pas souhaité se prononcer sur la possibilité d'imposer des mesures punitives à l’endroit de la résidence Lux Gouverneur.

Elle a cependant asséné, à l'attention des propriétaires de résidences, qu'ils sont en charge de « personnes qui peuvent éventuellement devenir plus vulnérables » et que les résidences ne sont pas des « commerces ».

Une mort « évitable »

« Je pense que c’est indescriptible ce qui a pu se passer. De voir cette dame de 93 ans, les caméras l’ont capté, se battre pour sa vie... jusqu’au bout. Une mort évitable », a déclaré la ministre.

À la suite du déclenchement d'une alarme d'incendie, le 20 janvier dernier, Hélène Rowley Hotte Duceppe a quitté son logement et s'est retrouvée dans la cour intérieure de la résidence, par un froid mordant.

Sans possibilité de communiquer avec les employés à l'intérieur, Mme Duceppe est morte d'hypothermie après avoir tenté, en vain, de se réchauffer. Son corps a été retrouvé vers 11 h 40, environ sept heures après l'alerte incendie déclenchée par erreur.

Aux yeux de la coroner Géhane Kamel, plusieurs recommandations doivent être mises en application par les Résidences Lux Gouverneur pour éviter qu'une telle situation se reproduise.

Il est ainsi proposé de munir la résidence d'un système d'interphone avec sonnette aux six portes où se trouvent les sorties d'urgence, de s'assurer du décompte des résidents dès le déclenchement d'une alarme incendie pour les trois tours, d'effectuer une tournée visuelle dans les cages d'escalier et à l'extérieur des bâtiments à chaque déclenchement d'alarme et de désigner une personne dont le mandat consistera, entre autres, à surveiller les images transmises par les caméras de surveillance.

Le Bureau du coroner a indiqué que la Résidence Lux Gouverneur s'était engagée à mettre en place l'ensemble des propositions à court terme, un processus qui serait déjà enclenché.

Politique provinciale

Politique