•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rodrigue Savard est reconnu coupable d'avoir intimidé François Munger

Un homme portant un chandail de 10-04 Média et une femme sortent du palais de justice d'Amos.

Rodrigue Savard à sa sortie du palais de justice d'Amos

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Thomas Deshaies

Le propriétaire du site web 10-04 Média, Rodrigue Savard, a été reconnu coupable d’avoir intimidé François Munger, propriétaire de MédiAT, mercredi, au palais de justice d'Amos.

Les preuves qui ont été exposées à la cour démontrent hors de tout doute, selon le juge Thierry Potvin, que Rodrigue Savard a délibérément voulu empêcher François Munger de faire son travail de journaliste.

C’est pour cette raison qu’il a reconnu Rodrigue Savard coupable d’intimidation, un acte criminel.

Cette décision se fonde sur des faits qui remontent au mois d’août 2017, lorsque François Munger s’est rendu sur les lieux d’un vol dans le cadre de son travail.

Rodrigue Savard, qui se trouvait aussi sur les lieux, lui a ordonné à plusieurs reprises de quitter les lieux lors d’un échange verbal musclé.

Le ton de l’accusé a été qualifié d’agressif par le juge, qui n’a pas cru la version des faits de Rodrigue Savard.

Il va falloir trouver une manière de vous exprimer autrement que celle-là. [...] Je vous souhaite de trouver une certaine sérénité.

Le juge Thierry Potvin

François Munger se réjouit de cette décision. C'est certain que je suis satisfait, je suis satisfait que les procédures soient terminées. Je suis heureux d'avoir été jusqu'au bout des procédures. Le message que j'ai voulu lancer avec ça, c'est que ce sont des gestes d'intimidation qui ne sont pas acceptables et qu'il faut dénoncer quand des situations comme celle-là se produisent, a-t-il déclaré.

Rodrigue Savard n’a pas souhaité livrer de commentaires aux médias.

Le juge a imposé une période de probation de 18 mois à Rodrigue Savard avec une série de conditions, dont celle de ne pas faire référence au propriétaire de MédiAT sur les réseaux sociaux.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites