•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de l'Ontario français pourrait générer des retombées de plus de 200 M$

Un dessin représentant une école. On y voit un drapeau franco-ontarien et des finissants.

L'Université de l'Ontario français voudrait ouvrir ses portes à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Radio-Canada

L'Université de l'Ontario français pourrait générer des retombées économiques totales de 198 à 240 millions de dollars en 2024-2025, selon un rapport de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO).

Le président de l'AFO, Carol Jolin, est convaincu que ce rapport pourra aider l'organisme à continuer de faire avancer le dossier auprès des élus à Queen's Park.

D'ici une dizaine d'années, il y aura quelque 170 000 postes à combler en main-d'oeuvre francophone en Ontario.

Carol Jolin, président de l'AFO

Le rapport indique aussi que la contribution de l'Université de l'Ontario français (UOF) au PIB de l’Ontario serait de 56 à 79 millions de dollars lorsque l'université aurait obtenu son autonomie financière.

Cette autonomie pourrait être atteinte au plus tôt en 2024-2025, toujours selon le rapport, si la première cohorte d'étudiants est accueillie en 2020.

Pour en venir à ces conclusions, les données provisoires de l'UOF ont été étudiées, ainsi que celles de trois universités de taille modeste au pays : Moncton, au Nouveau-Brunswick, Brandon, au Manitoba, et Nipissing, en Ontario.

La présidente du Conseil de gouvernance de l'UOF, Dyane Adam, n'est pas surprise des conclusions de l'étude. Selon elle il est évident qu'une université est un moteur économique fort, et ce, même à ses tout débuts.

Dans notre région, il y a de nombreux postes qui ne sont pas comblés. Notre force sera de créer une main-d'oeuvre bilingue et multilingue. Sur le point de l'économie, c'est très puissant, affirme-t-elle.

Interpeller le gouvernement ontarien

Le mandat confié à la firme PGF Consultants visait aussi à soumettre toute information pouvant permettre de justifier l’octroi éventuel de fonds publics pour une nouvelle université en Ontario.

Dans le document, on peut lire des expressions qui rappellent celles utilisées par le gouvernement Ford, comme le fait que Toronto est ouverte aux affaires.

Il est important pour le gouvernement de signifier que Toronto est ouverte aux affaires.

extrait du rapport L’Université de l’Ontario Français (UOF) : Un avantage pour l’Ontario !

Le rapport rappelle que :

  • Une pénurie d'environ 170 000 diplômés universitaires pouvant parler français est prévue dans le Centre-Sud-Ouest d’ici 2030.
  • Deux employeurs sur trois ont de la difficulté à pourvoir des postes bilingues.

L'AFO a envoyé une copie du document mardi à la conseillère du premier ministre Doug Ford, Marilissa Gosselin.

Par courriel, la porte-parole Alexandra Adamo du bureau de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, réitère l'engagement du gouvernement progressiste-conservateur à procéder à l’établissement d’une université, par et pour les francophones, lorsque l’Ontario sera dans une position lui permettant de le faire avec le financement viable nécessaire .

Un programme offert dès l'automne 2019

L'UOF compte offrir son premier programme dès l'automne prochain.

Une conférence de presse du Conseil de gouvernance est prévue à Toronto jeudi matin pour le dévoiler.

En janvier, le gouvernement fédéral a accordé un financement de 1,9 million de dollars à l'équipe de mise en oeuvre de l'université francophone, après que Doug Ford a coupé les vivres citant le déficit provincial. Ces fonds devraient permettre à l’établissement de survivre pendant un an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation