•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mercure : Grassy Narrows demande 88 millions pour un centre médical

Dessin d'un édifice en pierres et en bois entouré de conifères

Un dessin de ce à quoi ressemblerait le centre de soins à Grassy Narrows.

Photo : Rapport de la firme SBA

Radio-Canada

La Première Nation de Grassy Narrows dans le Nord-Ouest de l'Ontario presse Ottawa d'investir 88,7 millions de dollars pour l'ouverture d'un centre de soins dans la réserve aux prises avec une contamination au mercure.

La communauté autochtone souligne qu'Ottawa avait promis en 2017 d'y construire un tel établissement de santé pour que ses résidents puissent recevoir des soins sur place plutôt que d'avoir à se rendre à Kenora, à Thunder Bay ou à Winnipeg.

Selon les plans dévoilés mercredi par la Première Nation, la construction de l'établissement coûterait 17,4 millions et ses coûts d'exploitation seraient de 3,8 millions annuellement, et ce, pendant les 30 prochaines années.

L'édifice en forme de poisson ou de canoë compterait 22 lits et offrirait des services neurologiques, psychiatriques, de nutrition, de physiothérapie et des soins contre la douleur, notamment.

Le chef de la réserve, Rudy Turtle, dit que le premier ministre Justin Trudeau devrait s'occuper de sa propre cour et mettre fin à un problème qui perdure depuis 50 ans, avant d’offrir de l’aide financière pour les catastrophes naturelles à l’étranger.

Un problème remontant aux années 1960

La réserve de Grassy Narrows est située en aval d'une usine de pâtes et papier qui a déversé plusieurs tonnes de mercure dans le bassin hydrographique de la région au cours des années 1960.

Examen médical d'un membre des Premières Nations de Grassy Narrows.

Des membres de la Première Nation de Grassy Narrows disent avoir perdu la sensation du toucher au bout de leurs doigts et de leurs orteils.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

La province a confirmé en 2018 qu'il restait toujours des concentrations élevées de mercure dans le sol et les eaux souterraines.

Neuf habitants sur dix affichent des symptômes de contamination, qui vont de l'anémie aux problèmes d'apprentissage et de santé mentale. C'est sans compter les poissons infectés dans la rivière adjacente.

Pas d'échéancier du fédéral

Le bureau du ministre fédéral des Services aux Autochtones, Seamus O'Regan, répond que la construction d'un établissement de santé à Grassy Narrows est notre priorité et qu'Ottawa est prêt à verser les fonds nécessaires.

Nous continuons de travailler avec le chef Turtle et le conseil pour que les travaux débutent le plus tôt possible, dit le bureau du ministre, sans donner d'échéancier.

De son côté, le gouvernement provincial a octroyé 85 millions en 2017 pour la décontamination des rivières English et Wabigoon.

Politique fédérale

Politique