•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4e contrat en 11 mois : la Davie a le vent dans les voiles

Une grue surplombe un bateau en construction.

Une partie des installations du chantier maritime Davie, à Lévis, au Québec

Photo : Radio-Canada / Jacques Boissinot

Radio-Canada

La construction par Chantier Davie de deux traversiers qui desserviront l'est du Canada, annoncée mercredi après-midi, est le quatrième contrat public obtenu par le chantier maritime en moins d'un an.

C'est tout un revirement de situation par rapport à octobre 2017, lorsque l'avenir du chantier de Lévis était incertain.

Gonflé à bloc après avoir livré le navire Astérix dans les délais, Chantier Davie a alors vu ses ambitions étouffées par le refus d'Ottawa de lui octroyer la construction d'un autre navire ravitailleur, l'Obélix.

La saignée commence alors. Entre octobre 2017 et le printemps 2018, le nombre de travailleurs est passé de 1400 à 200 au chantier maritime, selon Davie.

Le pessimisme qui régnait à Lévis s'est graduellement estompé après l'obtention du contrat fédéral pour la conversion de trois brise-glaces de la Garde cotière canadienne, en août 2018.

Depuis, Davie a le vent dans les voiles. Cet élan d'optimisme a culminé mercredi alors que le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé, aux Îles-de-la-Madeleine, d'un nouveau contrat entre Ottawa et Chantier Davie pour la construction de deux traversiers qui desserviront l'est du pays.

Un des navires remplacera le NM Madeleine, qui assure la liaison entre les Îles-de-la-Madeleine et la ville de Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard.

L’autre traversier se substituera au NM Holiday Island, qui relie Wood Islands, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Caribou, en Nouvelle-Écosse.

Ces deux traversiers ont presque atteint leur fin de vie utile.

Capacité plus grande

Le traversier des Îles-de-la-Madeleine sera construit en premier. Les deux nouveaux navires auront des capacités plus grandes en ce qui a trait aux nombres de véhicules et de passagers.

« Les nouveaux traversiers seront plus modernes, plus confortables, plus sécuritaires et à la fine pointe de la technologie. Ils consommeront moins de carburant, ce qui réduira leurs émissions de gaz à effet de serre », soulignait le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, le 17 mai dernier.

La valeur du contrat n'est pas encore déterminée. L'attribution de la construction des traversiers au chantier Davie créera des centaines d'emplois durant plusieurs années à Lévis.

La construction du traversier des Îles-de-la-Madeleine devrait prendre environ quatre ans.

Ce début d'une relance donne de l'ambition à l'administration du chantier. « On rêve de chambouler la production canadienne [...] et de devenir un exportateur international », a souligné Frédérik Boivert, vice-président aux affaires publiques.

À lire aussi :

Chantier Davie : Québec demande à Ottawa « sa juste part » des contrats

Avec les informations de Guylaine Bussière et Marc-Antoine Lavoie

Chantier naval

Économie