•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario en vedette dans une série francophone tournée dans le Nord

Charles Binder, Hélène Florent et Jean-Michel Le Gal.

La télé-série Eaux turbulentes mettra en vedette Charles Binder, Hélène Florent et Jean-Michel Le Gal.

Photo : Gerry Kingsley

Radio-Canada

Eaux turbulentes, un drame policier écrit par l’écrivaine et comédienne franco-ontarienne Marie-Thé Morin, commence son tournage dans le Grand Sudbury. La série de quatre épisodes de 60 minutes sera diffusée en primeur sur ICI ARTV dès l’automne 2019, et plus tard sur ICI RADIO-CANADA TÉLÉ.

La Québécoise Hélène Florent – connue pour ses rôles dans les séries La Galère, Toute la vérité et Unité 9 – incarnera le personnage principal, l’enquêteuse Marianne Desbiens, qui retourne dans sa ville natale avec son fils Billy, joué par Jacob Whiteduck-Lavoie.

Aussitôt arrivée, elle devra résoudre le meurtre d’une jeune Autochtone.

Il faut dire que le Nord est un personnage en soi, lié à l’intrigue, explique Marie-Thé Morin.

L’intrigue policière est vraiment liée des enjeux typiques du Nord, dont l’exploitation des mines, qui ont des impacts écologiques et humains.

Marie-Thé Morin, auteure de la série <em>Eaux Turbulentes</em>

La série mettra en scène plusieurs comédiens franco-ontariens, tels que Manon St-Jules, Roch Castonguay et Stef Paquette.

Stef Paquette au microphone du Matin du Nord

Stef Paquette jouera le rôle de l’avocat d’une compagnie minière.

Photo : Radio-Canada / Josée Perreault

Je suis très fière de donner cette voix-là à la francophone. Les trois quarts de la distribution sont franco-ontariens, explique la productrice Léa Pascal.

La majorité des tournages auront lieu dans le Grand Sudbury ainsi que dans la région d'Onaping.

Le tournage se déroule bien pour l’instant, confie l’auteure, qui joue un petit rôle dans la série. Les images sont magnifiques. La réalisatrice Lyne Charlebois fait un travail colossal.

Personnellement, je continue de découvrir des paysages extraordinaires, raconte Mme Pascal.

Deux femmes dans un studio de radio.

L'autrice de la série Marie-Thé Morin et la productrice Léa Pascal, en entrevue à l'émission Ça parle au Nord.

Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

Le tournage près de cours d’eau entraîne certains petits désagréments, surtout à cause des nombreux moustiques, explique la productrice.

On a équipé l’équipe de “chapeau moustiquaires”.

Léa Pascal, productrice de la série Eaux turbulentes

Cette minisérie créée en Ontario est une autre belle occasion de constater la richesse des talents francophones partout au pays, a déclaré Dominique Chaloult, la directrice générale de la Télévision de Radio-Canada.

Au départ, le projet devait être un téléfilm d’une durée de 90 minutes.

Radio-Canada a trouvé l’histoire tellement bonne qu’ils ont décidé de la décliner en quatre épisodes, explique Mme Pascal.

Le titre de la série tire son inspiration de la rivière Mattagami, qui signifie eau turbulente en langue crie, explique un communiqué de presse.

Cette rivière coule dans le Nord-Est de la province et passe à travers Timmins et Smooth Rock Falls.

Nord de l'Ontario

Télé