•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reconstruction à 20 M$ du terminal de Pointe-aux-Basques

De gauche à droite : le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D. Gagnon, le ministre canadien des Transports, Marc Garneau et le ministre québécois responsable de la Côte-Nord, Jonatan Julien.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Ottawa, Québec et le Port de Sept-Îles investissent 20 millions de dollars pour la réfection du terminal de Pointe-aux-Basques.

Les travaux incluent la construction d’un mur de retenue sur la longueur du quai existant, ainsi que l’allongement du quai d’une longueur de 40 mètres.

Québec investit la somme de 6,7 millions de dollars, tandis qu’Ottawa finance le projet à hauteur de 6,6 millions de dollars.

Le Port de Sept-Îles a fermé le terminal Pointe-aux-Basques à la fin octobre 2018 en raison de son état de dégradation. Depuis, le Bella Desgagnés, qui assure entre autres le transport des denrées vers la Basse-Côte-Nord et Anticosti, doit accoster au quai des croisières qui n'est pas conçu pour le transbordement de marchandises.

La réfection du quai de Point-aux-Basques permettra donc de garantir le ravitaillement de la Basse-Côte-Nord par le Bella Desgagnés, mais aussi le développement d'installations minières dans le Nord, affirme le ministre québécois responsable de la région de la Côte-Nord, Jonatan Julien.

Le quai de Pointe-aux-Basques à Sept-Îles

Le quai de Pointe-aux-Basques à Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Il faudra toutefois attendre jusqu'en 2020 avant que le Bella Desgagnés puisse accoster à nouveau au quai de Pointe-aux-Basques puisque la construction devrait débuter cet automne et durer un an.

Francis Roy, le président-directeur général de l'entreprise Relais Nordik, qui opère le Bella Desgagnés, affirme que l'impossibilité pour le Bella Desgagnés d'accoster au quai de Pointe-aux-Basques crée des conflits d'horaire au quai des croisières.

Il y a un moment, au mois d'août, où un navire de croisière est là en même temps que le Bella Desgagnés, explique-t-il. À ce moment-là, on regarde toutes les options, mais il n'y en a pas beaucoup. S'il n'y a pas de quai au moment où on doit arrêter à Sept-Îles, c'est sûr et certain qu'on ne pourra pas arrêter à Sept-Îles.

Par ailleurs, le ministre affirme qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour le transport maritime et routier dans la région.

Le transport maritime est une excellente alternative aux camions pour le transport des marchandises et permet d'augmenter la fluidité et la sécurité sur le réseau routier. Ça pourra également à réduire la circulation des véhicules lourds sur la [route] 138.

Selon le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, le projet permettra la création de 200 emplois directs.

Côte-Nord

Affaires