•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dialogue de sourds aux consultations publiques sur le tramway

Quels sont les droits de traduction sur les plateformes de contenus numériques? Marie-Hélène Lange s’entretient à ce sujet avec Christiane Asselin, directrice chez ICI TOU.TV.

Louise Boisvert

Malgré les efforts de la Ville pour se mettre en mode écoute, les citoyens opposés au tracé du tramway dans le secteur du boulevard Pie-XII ne se sont pas ralliés.

La troisième et dernière séance de consultation publique sur le projet de réseau structurant n'a pas permis de convaincre les plus indignés que le tracé retenu dans le secteur ouest de la ville est le meilleur.

Plus de 350 personnes se sont déplacées mardi soir pour en savoir davantage sur la portion du parcours située entre l'Université Laval et le secteur Legendre qui prévoit 15 stations. C'est le secteur du boulevard Pie-XII qui a surtout retenu l'attention.

D'entrée de jeu, le président du RTC a voulu se faire rassurant. Devant l'absence de plusieurs réponses aux questions des citoyens lors des deux premières séances d'information, Rémy Normand a souligné « qu'il n'y avait pas de moment parfait pour aller rencontrer les citoyens », reconnaissant que le Bureau de projet du tramway n'avait pas entre les mains toutes les réponses.

Il a précisé que le tracé proposé n'était pas final. « On a encore de la liberté de jeu et de la capacité d'écoute », a-t-il plaidé.

Meilleur scénario

Lors de la présentation, le directeur de la conception du projet, Benoit Carrier, a pris plusieurs minutes pour expliquer pourquoi la Ville privilégiait le tracé qui emprunte les terrains d'Hydro-Québec, plutôt que de prolonger le parcours sur le Chemin des Quatre-Bourgeois pour aller rejoindre le boulevard du Versant-Nord, comme le souhaitent les citoyens du boulevard Pie-XII.

Ligne haute-tension bordant le boulevard Pie-XII, photographiée depuis le chemin des Quatre-Bourgeois

Le tramway circulera dans l’emprise de la ligne haute-tension d’Hydro-Québec située à l’ouest de Pie-XII.

Photo : Google Street View

Jusqu'à maintenant, la Ville avait souligné un temps de parcours plus long et des coûts plus élevés pour écarter ce scénario. Pour la première fois mardi, elle a évoqué les risques de déraillement.

Le tracé proposé par les citoyens mécontents est en fait une combinaison d'une courbe et d'une pente forte. Ce scénario représente un défi de sécurité que préfère éviter la Ville.

Malgré ces explications, les résidents ont continué de réclamer un changement de parcours.

« Quelle serait votre réaction, Monsieur Normand, si un tramway passait dans votre cour arrière », a lancé Suzanne Duval, résidente du secteur. « On n'en serait pas là si vous aviez tenu un référendum sur ce beau grand projet », a-t-elle ajouté.

Malgré l'insistance de la citoyenne pour obtenir une réponse, le président du RTC a affirmé qu'il comprenait que certaines personnes soient contre le projet. « Mais on ne partage pas le même point de vue », a-t-il simplement conclu.

Revenu Québec

Un employé du ministère du Revenu a proposé que la Ville sacrifie quelques kilomètres du tracé dans le secteur Charlesbourg afin de financer le prolongement par le chemin des Quatre-Bourgeois.

Dans une première phase, a exposé Pierre Gagné, le tramway pourrait s'arrêter à la 41e rue au lieu de la 76e rue. « Avec les sommes libérées, on pourrait financer la desserte jusqu'au ministère du Revenu. »

La réplique de Rémy Normand n'a par tardé. « Je ne ferai pas cela! Si le gouvernement est prêt à allonger de l'argent, on est prêt à examiner le scénario. »

Un homme en veston et crave tient un document dans sa main droite.

Rémy Normand, président du RTC.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Inquiétudes

Pour ce qui est du bruit, le Bureau de projet de réseau structurant estime que les effets seront moins nuisibles que ce que craignent les citoyens qui verront le tramway passer dans leur cour arrière. Le tracé est en ligne droite. Qu'il y ait une pente ou non, cela n'a que peu d'impact sur le bruit, estime Benoît Carrier. L'étude à ce sujet est toujours en cours.

D'autres citoyens ont voulu rappeler à la Ville que le tramway ne doit pas devenir un mur et empêcher la fluidité des déplacements à pied et à vélo.

Par ailleurs, l'administration Labeaume a reçu l'appui de l'Association des jardins communautaires de Sainte-Foy, qui utilisent les terrains d'Hydro-Québec depuis 20 ans. « Si on passe ailleurs, on va être bien content. Mais si l'option un est retenue, on va travailler à minimiser les impacts » a dit son président, Pierre Levasseur.

Une vue de la salle remplie de citoyens.

Troisième soirée d’information sur le futur tracé du tramway.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Bilan

Malgré les divergences d'opinions, le ton est demeuré plutôt calme tout au long de la rencontre.

Le président du RTC promet de faire le bilan de l'exercice bientôt. Plusieurs, dont l'opposition officielle, avaient dénoncé la décision de la Ville de ne pas tenir de rencontres dans les banlieues nord de la ville. Mardi soir, tous les citoyens qui ont pris la parole provenaient des quartiers centraux, à l'exception d'un seul, qui réside à L'Ancienne-Lorette.

Par ailleurs, la Ville projette de déposer à l'automne toutes les réponses exigées par le ministère de l'Environnement dans le cadre du processus d'évaluation environnementale. Elle s'attend à ce que les séances du Bureau d'audience publique sur l'environnement se tiennent à la fin de l'automne dans les meilleurs délais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale