•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'appui à Trans Mountain augmente avec l'âge et le revenu, selon un sondage

Des tuyaux entreposés dans une cour clôturée

Selon un sondage Ipsos réalisé en ligne, les personnes plus âgées ou issues d'un milieu aisé sont plus enclines à soutenir le projet d'expansion Trans Mountain.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Gagnon

Radio-Canada

Les personnes plus âgées ou issues d'un milieu plus aisé semblent plus enclines à soutenir le projet d'expansion Trans Mountain, selon un sondage Ipsos commandé par Resource Works.

Cette entreprise vancouvéroise qui fait la promotion d'un dialogue public pour une industrie minière durable a sondé 803 adultes britanno-colombiens pour connaître leur degré d’adhésion au projet, à quelques jours de la décision fédérale rendue mardi.

Selon ce sondage réalisé en ligne, les répondants qui soutiennent le projet sont surtout des hommes. D'après le sondage, 70 % des hommes sondés et 52 % des femmes sondées se sont dits en faveur du projet.

La proportion des gens qui adhèrent au projet augmente avec l’âge ainsi que le revenu de leur foyer.

D'après le sondage, le projet convainc 52 % des 18-34 ans, mais 59 % des 35-54 ans et 67 % des 55 ans et plus.

Enfin, le sondage démontre que le projet divise les classes sociales. Les sondés disant appartenir aux foyers les plus riches sont plus enclins à soutenir l’expansion du pipeline.

Pour les foyers de 100 000 $ ou plus, le taux d’adhésion atteint les 76 %. Il décroît avec les revenus : 53 % des sondés ayant un revenu familial inférieur à 40 000 $ sont en faveur du projet.  

Le sondage démontre que les propipelines sont répartis également entre les régions de Metro Vancouver, de l’île de Vancouver et de l’intérieur et du nord de la province.  

Méthodologie :

Le sondage a été réalisé en ligne entre les 10 et 14 juin auprès d’un échantillon de 803 Britanno-Colombiens représentatifs de la population. Sa marge d’erreur est de 4 %, 19 fois sur 20.  

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement