•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique pourrait manquer d’aides à domicile cet été

Une proche aidante tient la main d'une personne âgée.

Le mois dernier, l'Association des fournisseurs d'aide à domicile a déclaré « l'état d'urgence » pour le centre de la Colombie-Britannique.

Photo : iStock

Adrien Blanc

Des centaines de postes d’aides à domicile restent vacants, selon l’Association des fournisseurs d’aide à domicile de la Colombie-Britannique (BCCPA). Celle-ci vient de déposer une plainte au ministère provincial de l’Emploi.

Aly Devji, le président de la BCCPA, est particulièrement inquiet pour les mois à venir, parce que de nombreux employés s'apprêtent à partir en congé.

Les besoins sont énormes. Nous essayons de combler les manques dus aux vacances d’été, mais aussi aux postes qui restent à pourvoir, explique-t-il.

Le centre de la province est dans la situation la plus grave, selon la BCCPA. Si un nombre suffisant de personnes n’est pas recruté d’ici le 1er juillet, prévient l’Association dans un communiqué, de nombreuses personnes âgées fragiles ne recevront pas l’aide dont elles ont besoin.

Les entreprises d’aide à domicile proposent 270 postes dans le centre de la province. Pour leur part, les régies de la santé de la Colombie-Britannique cherchent à pourvoir 600 postes, selon l’Association.

Le coût des heures supplémentaires explose, et les employés actuels, malheureusement, risquent de se blesser parce qu’ils travaillent trop.

Aly Devji, président de l’Association des fournisseurs d’aide à domicile de la Colombie-Britannique (BCCPA)

La BCCPA a écrit au ministre provincial du Travail pour lui demander de respecter le New West Partnership, un accord conclu avec l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba pour faciliter les échanges commerciaux et la mobilité des travailleurs.

Les travailleurs qui ont un certificat pour pratiquer leur profession dans une province n’auront pas besoin de passer un examen ou de suivre une formation pour la même profession dans une autre province, prévoit l'accord.

Or, la BCCPA note que les aides à domicile originaires de l’Alberta doivent passer un examen qui coûte 800 $ dans un centre agréé de Vancouver. Seulement 1 % des candidats réussissent cet examen et ne sont pas obligés de suivre des cours ou une formation supplémentaires, estime l’Association.

Ceux qui ne réussissent pas l’examen doivent suivre une formation qui peut durer plusieurs mois et coûter jusqu’à 4500 $, selon l’Association. Pourtant, elle estime que les normes de certification en Alberta et en Colombie-Britannique sont similaires.

Sollicité par Radio-Canada, le ministère de la Santé, responsable du dossier, n’a pas donné suite à une demande d’entrevue.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique