•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Programme ambitieux pour les Jeux autochtones interbandes

Des participants aux Jeux autochtones interbandes 2017.

Des participants aux Jeux autochtones interbandes de 2017 (archives)

Photo : Facebook/Nadine Petiquay

Djavan Habel-Thurton

Les Jeux autochtones interbandes 2019 s’ouvriront dans un peu plus de deux semaines à Uashat mak Mani-Utenam. Leur comité organisateur compte offrir un programme chargé et une expérience mémorable aux près de 1200 jeunes athlètes qui y participeront.

Des détails sur les activités sociales et culturelles qui ponctueront le séjour des athlètes ont été annoncés, mardi, par le comité organisateur.

Le spectacle d’ouverture mettra en vedette le groupe de rap originaire de Kawawachikamach, Violent Ground, ainsi que le rappeur algonquin Samian.

C'est le groupe Maten et l'auteur-compositeur-interprète Shauit qui se produiront en spectacle à la cérémonie de clôture.

Ces spectacles, auxquels tout le monde pourra assister, auront lieu sur le site du festival Innu Nikamu à Mani-Utenam.

Durant les jeux, des concerts réservés aux participants auront lieu et mettront en vedette des artistes et des DJ autochtones et non autochtones.

Grande compétition sportive

Aux 21 épreuves habituelles s’ajouteront deux sports en démonstration, soit le volley-ball de plage et la natation.

Certaines épreuves auront lieu sur le territoire de la ville de Sept-Îles, partenaire de l’événement. C’est notamment le cas des courses de canots, qui auront lieu au lac des Rapides, et de l’athlétisme, sur la piste nouvellement rénovée derrière le cégep.

Des jeunes des nations innue, naskapie, crie, atikamekw et algonquine compétitionneront.

Les jeux interbandes 2019 en chiffres

  • Cinq Premières Nations
  • 23 disciplines
  • 244 accompagnateurs
  • 1188 athlètes

Sécurité et prévention

Benoit St-Onge, responsable du volet social et culturel, promet un bon encadrement pour la sécurité des participants en collaboration avec le service de police de Uashat mak Mani-Utenam (SPUM).

Côté sécurité, on a une belle logistique déjà établie. Il y a une personne dans le comité qui travaille déjà pour la SPUM et les athlètes vont être vraiment en sécurité. Ça va être bien encadré. Dans la logistique de transport et la sécurité, ça va être gros, mais on va réussir, promet M. St-Onge.

Le comité organisateur a d’ailleurs prévu un volet préventif qui vise à informer et sensibiliser les participants sur divers thèmes comme la toxicomanie, l’alimentation, les abus sexuels, le sida, la violence familiale et l’éducation sexuelle.

Côte-Nord

Autochtones