•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 ménages toujours sans logement à Sherbrooke

Une pancarte «à louer» dans une fenêtre de logement.

Les logements vacants se font rares à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À moins de deux semaines du 1er juillet, plus de 25 ménages n'ont toujours pas trouvé de logements à Sherbrooke, soit près du double qu'à pareille date l'an dernier.

Cette année, 10 familles et une quinzaine de personnes seules risquent de se retrouver sans logement comparativement à 14 ménages en juin 2018, une situation qui préoccupe grandement l'Association des locataires de Sherbrooke.

Cette dernière réclame un supplément au loyer d'urgence, un programme qui peut aider un ménage à se reloger dans le marché privé

Actuellement, le gouvernement nous dit que c'est trop tôt encore pour penser à ça, mais quand tu cherches un logement , tu ne peux pas attendre à la dernière minute et ce qu'on veut surtout éviter, c'est que des gens se retrouvent à la rue le 1er juillet, mentionne le coordonnateur de l'Association des locataires de Sherbrooke, Normand Couture.

C'est une source d'anxiété et les gens deviennent découragés, parce que ça fait trois ou quatre mois qu'ils cherchent un logement et on leur dit non. Donc ils ne croient plus en leur potentiel d'en trouver un, ajoute-t-il.

Le bas taux d'inoccupation, l'augmentation du coût des loyers, l'immigration et la situation économique générale expliqueraient en partie la pénurie de logements, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logements.

Les propriétaires qui ont des logements vacants sont invités à contacter l'Association des locataires de Sherbrooke.

Estrie

Maison