•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix du bleuet : échanges houleux pour la deuxième journée d'audiences

Des plants chargés de bleuets

Plusieurs témoins se sont présentés devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Photo : Association des producteurs de bleuets sauvages de la Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Au Château Roberval, le déroulement des audiences qui se tiennent devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec a maintes fois été ralenti en raison des échanges houleux entre les avocats des transformateurs de bleuets de la région et le Syndicat des producteurs de bleuets du Québec (SPBQ).

Les producteurs et les transformateurs de bleuets de la région étaient de retour au Château Roberval pour une deuxième journée d’audiences devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Celle-ci doit se prononcer sur la demande des producteurs qui souhaitent obtenir les états financiers des transformateurs pour déterminer s’ils obtiennent un juste prix pour leur produit.

Une salle du Château Roberval

Les audiences pour le prix du bleuet se tiennent au Château Roberval.

Photo : Radio-Canada

Le SPBQ tente actuellement d’accéder aux états financiers des transformateurs pour obtenir les coûts d’usinage et de vente du produit. Selon lui, les transformateurs sont dans l’obligation de fournir ces données en vertu de la convention conclue entre les deux parties.

Le syndicat veut ainsi déterminer s’il obtient un juste prix. Selon lui, bon nombre de producteurs ont dû cesser leurs activités en raison du bas prix du petit fruit déterminé par les transformateurs.

Selon les prétentions des avocats des transformateurs, remettre ces documents ne fait aucun sens puisqu’ils contiennent des données confidentielles dont la divulgation pourrait nuire aux intérêts économiques de leurs clients.

Les plaidoiries des deux parties devraient avoir lieu demain.

La Régie devra ensuite déterminer si elle donne raison ou non au syndicat.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Industrie alimentaire