•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon ignore si l'éducation répond aux besoins des élèves, dit le vérificateur général

Des élèves de dos sont en classe et lèvent la main pour participer.

La directrice principale du bureau du vérificateur général, Jo Ann Schwartz, a constaté des lacunes importantes dans le système d'éducation yukonnais.

Photo : getty images/istockphoto / Dolgachov

Anaïs Elboujdaïni

Le système d’éducation du Yukon a du mal à mesurer les effets de son offre, surtout auprès des élèves ayant des difficultés d’apprentissage et des élèves issus des Premières Nations, selon un audit du Bureau du vérificateur général du Canada.

Selon le rapport, intitulé L’enseignement au Yukon de la maternelle à la 12e année, le ministère de l'Éducation a également du mal à déterminer pourquoi les élèves des Premières Nations et ceux qui sont issus des communautés rurales réussissent moins bien que le reste des élèves yukonnais.

Le Bureau du vérificateur général du Canada conclut dans son rapport que le Ministère a échoué sur tous ces fronts.

L'audit visait à examiner si le ministère de l’Éducation offre des programmes inclusifs aux jeunes ayant des besoins particuliers et s’ils reflètent la culture et les langues des Premières Nations du Yukon.

De plus, l'audit visait à déterminer si le Ministère a évalué et corrigé les lacunes dans les apprentissages des élèves.

Les élèves qui ont des besoins particuliers laissés pour compte

Le rapport révèle que seulement 5 % des plans d’études pour les élèves qui ont des besoins d’apprentissage particuliers ont reçu l’aide et le suivi par des spécialistes comme ils le devaient.

Il s’agit de l’élément de l’audit qui a le plus choqué les vérificateurs.

« Pour nous, c’était la constatation qu’on a trouvé le plus difficile à comprendre », avance Casey Thomas, la vérificatrice générale adjointe.

« [Le Ministère] n’a pas surveillé la prestation des services et la mise en application des mesures de soutien aux élèves qui avaient des besoins particuliers. Il n’a pas non plus surveillé les résultats de ces élèves », dit le rapport.

Échecs disproportionnés chez les élèves des Premières Nations

Pour le Bureau du vérificateur général, le temps presse : le ministère de l’Éducation doit revoir en profondeur les raisons de l’écart entre le taux de réussite des élèves issus des Premières Nations et les autres élèves yukonnais.

À titre d’exemple, la proportion des élèves issus des Premières Nations en 2011 à terminer les études secondaires s’élève à 49 %. Ce taux est de 81 % pour les élèves n’appartenant pas à une Première Nation.

« Cet écart est troublant [...] mais le Ministère nous a dit vouloir améliorer la collaboration et la consultation avec les Premières Nations du Yukon », explique Casey Thomas.

Par ailleurs, le ministère de l'Éducation n'a pas entièrement assumé ses responsabilités à l'égard des cultures et de l'inclusion des langues des Premières Nations, continue le rapport.

Recommandations bien accueillies

Dans son rapport, le Bureau du vérificateur général propose sept recommandations au ministère de l’Éducation, qui les a toutes acceptées.

Le ministère de l’Éducation devrait définir et mettre en œuvre une stratégie pour réduire les écarts de longue date dans le rendement éducatif et améliorer les résultats des élèves, surtout pour les élèves des Premières Nations du Yukon et les élèves en milieu rural.

Extrait du rapport L’enseignement au Yukon de la maternelle à la 12e année, vérificateur général

La ministre de l’Éducation, Tracy-Anne McPhee, dit « reconnaître que l’audit donne au ministère une marche à suivre claire pour améliorer certains aspects du système d’éducation ».

Les vérificateurs n'ont audité ni la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY) ni les Premières Nations du Yukon.

Cependant, la CSFY indique qu'elle « s’engage à collaborer avec le ministère de l’Éducation pour soutenir une éducation inclusive envers les élèves du Yukon, notamment pour la prestation et le suivi des programmes relatifs à l’enfance en difficulté ».

Les vérificateurs ont évalué le système d'éducation sur la période allant du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2018.

Grand-Nord

Éducation