•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Pedneaud-Jobin favorable au moratoire partiel sur la reconstruction en zone inondable

Maxime Pedneaud-Jobin en entrevue devant des drapeaux

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, estime que l'interdiction partielle de reconstruire les propriétés touchées par la crue printanière imposée par le gouvernement provincial, lundi, est « nécessaire » à court terme.

L'interdit de reconstruction du gouvernement caquiste vise les résidences qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur à la suite des inondations printanières, à l’exception de celles situées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

M. Pedneaud-Jobin soutient qu'il s'agit d'une mesure nécessaire en attendant que les municipalités soient en mesure de prendre des décisions éclairées basées sur des études scientifiques.

On ne permet pas la construction jusqu'à tant qu'on arrive avec des solutions pour l'avenir. Sur ce principe-là, je suis totalement d'accord, a-t-il affirmé, mardi, en entrevue à l'émission Sur le vif.

Selon lui, cette étape importante n'est toutefois qu'une solution à court terme et ne peut être considérée autrement, afin d'éviter que plusieurs municipalités se retrouvent avec des quartiers en gruyère, où la moitié des propriétés seraient abandonnées.

Dans bien des cas, la valeur des maisons est trop élevée pour que leurs propriétaires envisagent d'accepter la somme de dédommagement maximale de 250 000 $ proposée par le gouvernement Legault pour qu'ils partent s'établir ailleurs. Or, en refusant de déménager, ces propriétaires s'exposent à un risque d'inondations récurrentes qui pourraient bien leur coûter plus cher à long terme.

On ne peut pas laisser les gens dans une situation où ils n'ont pas de solution durable et font juste s'appauvrir.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Il est encore trop tôt pour déterminer si la construction d'une digue serait une solution viable pour protéger le quartier de Pointe-Gatineau, selon le maire. Admettons qu'on bloque l'eau à certains endroits, où va l'eau? s'est questionné M. Pedneaud-Jobin.

Québec consultera la population

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a annoncé, mardi, la tenue d'assemblées publiques de consultation sur son projet de décret instituant une zone d'intervention spéciale (ZIS).

Deux rencontres auront lieu en Outaouais le 4 juillet. La première est prévue au Centre communautaire de Campbell's Bay, à 15 h. Les autorités rencontreront ensuite les Gatinois au Palais des congrès de Gatineau à 19 h 30.

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles