•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour sauver l'urgence de l'Hôpital Seven Oaks récolte plus de 7700 signatures

Des infirmiers et d'autres professionnels de la santé marchent dans la rue avec diverses pancartes.

Des professionnels de la santé ont manifesté mardi pour réclamer que l'urgence de l'Hôpital Seven Oaks reste ouverte.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Des dizaines de personnes ont manifesté mardi midi, devant l'Hôpital Seven-Oaks, à Winnipeg pour tenter d’empêcher la fermeture de sa salle d'urgence, prévue pour septembre.

La coalition qui a organisé la manifestation espère pouvoir bloquer la conversion du service des urgences de l'hôpital en centre de soins d'urgence mineure.

Des employés de l’hôpital ainsi que des habitants du nord-ouest de Winnipeg, dont Helen Zacharkiw, ont participé à la manifestation. Celle-ci habite dans le quartier depuis 52 ans.

C’est mon hôpital. Je me suis battue pour empêcher sa fermeture il y a bien longtemps sous un gouvernement conservateur, j’ai fait une pétition. Je ne vais pas lâcher ce coup-ci, lance-t-elle.

Helen Zacharkiw, surplombant le photographe, et parlant dans un microphone.

Helen Zacharkiw, 78 ans, a récolté plus de 4000 signatures pour arrêter la transformation de l'urgence de l'Hôpital Seven Oaks.

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

Elle ajoute que cette conversion n’a aucun sens, au moment où ce secteur de la ville connaît une croissance démographique. Elle a elle-même récolté quelque 4000 signatures pour une pétition signée par plus de 7500 personnes, demandant une suspension des projets du gouvernement provincial.

Nous sentons que le momentum est en notre faveur, dit Mme Zaharkiw.

Pression sur les autres hôpitaux

La coalition a remis la pétition au chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba, Wab Kinew. Celui-ci affirme que la fermeture d’une autre salle d’urgence mettra beaucoup de pression sur le système de santé de la capitale manitobaine. Ce rassemblement survient deux semaines après la fermeture de l'urgence de l'hôpital Concordia et de sa conversion en centre de soins d'urgence mineure.

Trois personnes à l'avant-plan, deux femmes et un homme, portant des pancartes qui disent "Save 7 Oaks ER and ICU", autrement dit "Sauvons l'urgence et l'unité de soins intensifs de l'Hôpital Seven Oaks". Ils sont à l'extérieur, parmi un groupe de manifestants, une journée ensoleillée d'été.

La coalition Sauvons l'urgence de l'Hôpital Seven Oaks (Save Seven Oaks ER Coalition) a fait circuler une pétition qui a récolté autour de 7500 signatures.

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

Qu'est-ce qui se passera s’ils ferment Seven Oaks aussi, et que tous les patients qui viennent ici doivent aller au Centre des sciences de la santé et à l’Hôpital Saint-Boniface? La situation est déjà mauvaise, mais elle pourrait empirer, affirme M. Kinew.

La semaine dernière, l'Hôpital Saint-Boniface a redirigé certains patients vers d'autres établissements de Winnipeg, en raison d'un problème de capacité. Le NPD soutient que c'est une conséquence de la réforme menée par le gouvernement Pallister dans le domaine de la santé.

Avec des informations de Jillian Taylor et Patrick Foucault

Manitoba

Politique provinciale