•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de cap pour la nouvelle école francophone à Saint-Jean

Portrait de Steve Crocker.

Le ministre des Transports et des Travaux publics, Steve Crocker

Photo : Radio-Canada

Patrick Butler

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador examine l’option de rénover d’anciens bâtiments au lieu de construire une nouvelle école francophone à Saint-Jean.

Le ministre des Transports et des Travaux publics de Terre-Neuve-et-Labrador, Steve Crocker, soutient que jusqu’à maintenant, il n’a pas été convaincu que la construction d'une nouvelle école à Galway, tel que proposé par le Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador (CSFP) en décembre dernier, soit « justifiée ». Mais il assure que la construction d’une nouvelle école francophone, qu’elle soit à Galway ou à Mount Pearl, demeure possible.

M. Crocker explique que le ministère des Transports et des Travaux publics lancera un appel d'offres au début de juillet afin d’examiner « toutes les options qui nous sont disponibles ».

Il indique que ces options comprennent l’utilisation de deux anciens immeubles du conseil scolaire anglophone : l’ancienne École des sourds et l’ancienne école Holy Cross. L'école francophone Rocher-du-Nord occupe actuellement les locaux de ce dernier bâtiment.

L'annonce est faite six mois après que le CSFP a proposé au gouvernement la construction d’une nouvelle école pour la région métropolitaine dans le quartier Galway.

Un prix considérablement plus élevé que la norme

Steve Crocker a précisé mardi que le coût total de ce projet de construction, tel que proposé, s’élève à environ 56 millions de dollars. Cette somme est considérablement plus élevée que les 20 à 25 millions de dollars habituellement dépensés pour construire des écoles de la même taille, même si le projet du CSFP inclut un centre communautaire.

Radio-Canada a aussi rapporté lundi que, selon une analyse préparée par le CSFP, le quartier Galway serait un emplacement sexy, fancy, moderne pour une nouvelle école francophone de 500 places à Saint-Jean. L’achat du terrain ciblé par le CSFP coûterait pourtant 1,5 million de dollars de plus qu’un autre terrain de la même taille à Mount Pearl, un endroit jugé moins beau.

M. Crocker soutient que son ministère continuera de travailler avec le CSFP lors de cette prochaine période d’analyse, mais il explique qu’il faut s’assurer de l'utilisation optimale de l’argent des contribuables.

Les questions de l'opposition

Craig Pardy, le porte-parole des progressistes-conservateurs en matière d’éducation, soutient qu’il ne veut pas se prononcer sur le choix de l’emplacement de la future école sans avoir vu l’analyse du ministère.

Il explique cependant que, dans sa circonscription de Bonavista, il y a de très belles écoles, mais aucune n’aurait ce prix.

Son homologue néo-démocrate, Jim Dinn, qui est également l’ancien président de l’association des enseignants de la province, se questionne aussi sur le projet proposé par le CSFP.

Portrait de Jim Dinn

Jim Dinn, porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'éducation

Photo : Radio-Canada

On pense à l’école [francophone] Notre-Dame-du-Cap, à Port-au-Port, ou à celle de Labrador City, qui a au moins 60 ans. Je me demande si ce n’est pas là qu’il faut investir?, demande-t-il.

Jim Dinn indique qu’il est en faveur de construire des écoles qui répondent aux besoins des élèves et du personnel enseignant. Mais il précise qu’une école dans un emplacement sexy, fancy, moderne n’est pas un critère pour décider du caractère éducatif d’un lieu.

Je connais des parents qui ont enlevé leurs enfants du système francophone, mais pas à cause des édifices. C’était plutôt parce qu’aux écoles anglophones, on offrait beaucoup plus de cours. C’est quelque chose qu’il faut régler.

Jim Dinn, député néo-démocrate

Si vous me démontrez que la construction de l’école à Galway fera en sorte qu’on pourra mieux répondre aux besoins des élèves francophones, ça me va. Mais il faut voir l’analyse en premier.

Avec les informations de Marie Isabelle Rochon

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale