•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cure de rajeunissement de la Cathédrale d'Amos s'est amorcée

Une nacelle est stationnée devant la cathédrale d'Amos, dont des fenêtres sont barricadées.

Les travaux de rénovation de la cathédrale Ste-Thérèse-d'Avila ont été amorcés.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Lise Millette

La phase 1 des travaux de restauration de la Cathédrale d'Amos a débuté. Des échafaudages ont été installés afin de nettoyer les blocs de maçonnerie et de béton de l'édifice.

Jusqu'ici, les dons et les engagements financiers totalisent 1 625 000 $. Le président de la Fondation Héritage de la Cathédrale d'Amos, Ghislain Roy, se réjouit de la mobilisation des citoyens, des entreprises et des différents partenaires politiques.

L'implication et la conscientisation des gens sont très importantes. On le voit, les gens sont conscients qu'il faut conserver ce monument historique et touristique, a-t-il indiqué.

La mine Canadian Malartic a aussi annoncé un investissement de 50 000 $ pour cet effort de restauration.

Un homme parle au lutrin dans une église pour présenter le résultat de la campagne de financement pour sa restauration.

Le premier objectif de la campagne de financement a été atteint.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le directeur général de la mine, Serge Blais, précise quelles ont été ses motivations.

L'équipe de la fondation est venue nous rencontrer à la mine. Ils nous ont présenté le projet, c'était vraiment solide, structuré. C'est un immeuble patrimonial aussi. Tout le monde connaît l'immeuble dans la région, particulièrement les gens d'Amos. On sait que la cathédrale aura 100 ans bientôt et participer à ça pour qu'elle soit là pour les 100 prochaines années et remettre aux générations futures ce bel immeuble-là, c'est ce qui nous a touchés et qui fait en sorte que nous avons embarqué dans le projet, a expliqué M. Blais.

La campagne de financement se poursuivra dans les prochains mois. Le président de la Fondation précise qu'en raison de l'ampleur des travaux nécessaires pour préserver la cathédrale, il n'est pas encore possible de dire «mission accomplie».

- Avec la collaboration de Mélanie Picard

Abitibi–Témiscamingue

Infrastructures