•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Librairie Réflexion ferme ses portes

Une affiche dans la porte de l'établissement informe les visiteurs de la faillite de la Librairie Réflexion.

La firme Bernier et Associés agit à titre de syndic de faillite.

Photo : Radio-Canada / Valérie Lessard

Alexandra Angers

La Librairie Réflexion du secteur de Hull, à Gatineau, a fermé ses portes, lundi. Une lettre d'un syndic de faillite sur la porte du commerce du boulevard Saint-Joseph indique que l'établissement a cessé ses activités. Le site web de l'entreprise est également suspendu.

Radio-Canada a tenté, sans succès, de communiquer avec la directrice générale et vice-présidente de la Librairie Réflexion, Lynne Leach. Cette dernière n’a pas retourné nos appels.

L'an dernier, la succursale avait quitté les Galeries de Hull pour emménager au 905, boulevard Saint-Joseph, dans un secteur surtout connu pour ses nombreux concessionnaires automobiles. Le propriétaire de la Librairie Réflexion, Roger Vaillant, est également décédé des suites d'une longue maladie, le 3 juin dernier.

Un message en anglais indique que le site a été suspendu.

Le site web de la Librairie Réflexion est suspendu.

Photo : librairiereflexion.ca

Selon la directrice générale de l’Association des libraires du Québec (ALQ), Katherine Fafard, ces événements font partie des facteurs qui ont possiblement contribué à la fermeture définitive de la Librairie Réflexion. L'autre succursale, située sur le boulevard Maloney, avait également récemment fermé ses portes.

Valérie Perreault, la présidente de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais (AAAO), accueille la nouvelle avec beaucoup de tristesse. La fermeture de la Librairie Réflexion signifie la perte d’un partenaire important depuis 30 ans. Selon elle, le commerce faisait une large place aux livres d’ici. Réflexion avait tendance à les mettre de l’avant, puis à faire la promotion, dit-elle.

C’est une plateforme de moins pour nos auteurs, pour vendre leurs livres, puis d’avoir des gens qui connaissent leurs livres.

Valérie Perreault, présidente de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais

Les librairies indépendantes demeurent en bonne santé

Aux dires de Mme Fafard, qui oeuvre dans le milieu du livre depuis les années 2000, cette nouvelle n’a pas que des effets négatifs. Les experts nous disent que lorsqu’il y a une librairie qui ferme, c’est malheureux, mais ça permet à celles qui demeurent de se consolider et de devenir encore plus fortes, plus dynamiques et en meilleure santé, souligne-t-elle.

La dirigeante de l'ALQ espère que cette perte dynamisera les librairies indépendantes de la région de l'Outaouais, afin d'éviter que le transfert des clients ne se fasse au profit des grandes surfaces et des géants américains du web.

Par ailleurs, malgré les déboires de la Librairie Réflexion, Mme Fafard indique que, règle générale, les librairies indépendantes qu’on représente se portent bien, même très bien. Elle souligne que Gaspard — l’outil d’analyse des ventes de livres au Québec — montre en fait qu’il y a une progression de 5 % depuis trois ans dans le réseau des indépendants.

Depuis 2014, le nombre de fermetures a énormément diminué et, même, il y a eu plus d’ouvertures dans les dernières années.

Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des libraires du Québec

En Outaouais, plusieurs librairies indépendantes sont toujours en activité, dont Bouquinart, Michabou, la Librairie Rose-Marie et la Librairie du Soleil.

Avec les informations de Kevin Sweet et Valérie Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Livres