•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une patiente meurt après une longue attente à l'urgence de l'Hôpital Saint-Boniface, dit sa fille

Une femme couchée dans un lit d'hôpital, l'air malade.

Monica Richard dit que sa mère, Madeliene Richard, 63 ans, est morte après avoir attendu près de 4 heures aux urgences où elle a été admise pour des complications post-chirurgicales.

Photo : Monica Richard

Radio-Canada

Une Manitobaine exige des réponses après la mort de sa mère à l'Hôpital Saint-Boniface la semaine dernière.Monica Richard croit que la situation dans la salle d'urgence de l'établissement, qui était pleine à craquer et « chaotique » ce jour-là, est un des facteurs qui ont contribué au décès de sa mère.

Mme Richard affirme que, le 12 juin, sa mère, Madeliene Richard, 63 ans, a attendu plus de 4 heures à l'urgence de l'Hôpital Saint-Boniface avant d'obtenir une opération chirurgicale. Elle est morte peu après minuit, dit sa fille. Elle avait été transportée à l'urgence à cause de complications pouvant résulter d'un récent pontage coronarien, précise-t-elle.

Monica Richard, 34 ans, vit à Angusville, une localité située à environ 300 km au nord-ouest de Winnipeg.

Une mère et sa fille en train de sourire.

Madeliene Richard et sa fille, Monica.

Photo :  Monica Richard

Elle raconte que c'est sa tante, qui habite à Winnipeg, qui a appelé le 911, mercredi dernier, puis s'est rendue à l'hôpital avec sa mère ce soir-là.

Lorsque sa mère est arrivée aux urgences, elle avait du mal à respirer, gargouillait et n'avait presque pas de pression artérielle. Monica Richard dit qu'elle a attendu de 18 h 30 à près de 23 h 30 avant d'être opérée et qu'elle est morte peu après minuit.

Elle pense aussi que l'opération cardiaque que sa mère avait subie en mai ne serait pas déroulée comme il faut. Cette dernière a eu deux saignements qui ont nécessité une intervention chirurgicale de près d'une journée.

Monica Richard croit également que sa mère a reçu son congé de l'hôpital de façon prématurée. Elle a été renvoyée chez elle, le 3 juin, avec la promesse de la part du personnel de l'hôpital qu'un lit spécial et des soins à domicile lui seraient fournis.

Toutefois, ni infirmière ni aide-soignante ne s'est présentée dans les 10 jours entre le retour de sa mère à la maison et son transfert à l'urgence de l'hôpital.

Monica Richard dit que, lorsque sa mère a été admise à nouveau aux urgences, les médecins ont constaté qu'elle n'avait quasiment plus de tension artérielle et estime qu'elle aurait dû être immédiatement opérée compte tenu de ses antécédents médicaux.

Elle accuse le personnel de n'avoir pas agi suffisamment vite.

Je ne sais pas si c'était le personnel qui était surchargé ce jour-là ou ce qui se passait exactement, mais cela ne semble pas correct, dit-elle.

Dans une déclaration écrite à Radio-Canada, l'Hôpital Saint-Boniface répond : Nous ne pouvons pas commenter publiquement des cas particuliers en raison de la loi sur la confidentialité des renseignements médicaux personnels. Nous encourageons les familles à prendre contact avec notre bureau des relations avec les patients pour faire part de leurs préoccupations.

« Il faut rouvrir les urgences »

Le 3 et le 12 juin, l'Hôpital Saint-Boniface a dû rediriger des patients de son service d'urgence vers d'autres hôpitaux de Winnipeg à cause d'un manque de place. Monica Richard, qui a cinq enfants, envisage des poursuites judiciaires contre l'établissement.

Elle pense que la réforme du système de santé du gouvernement provincial, qui prévoit la fermeture de trois des six salles d'urgence de Winnipeg, fait qu'il est difficile pour le personnel de santé de s'occuper correctement des personnes dans le besoin.

Deux ambulances garées devant un hôpital.

En 2017, l'ORSW a annoncé la fermeture des services d'urgence des hôpitaux Concordia, Seven Oaks et l'Hôpital général Victoria.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

Elle appelle le gouvernement à rouvrir les urgences de Winnipeg qu'il a fermées dans le cadre de la restructuration du système de santé au Manitoba.

En avril 2017, l'Office régional de la santé de Winnipeg a annoncé la fermeture prévue des services d'urgence des hôpitaux Concordia, Seven Oaks et de l'Hôpital général Victoria.

Au début du mois, la salle d'urgence de l’Hôpital Concordia a été transformée en centre de soins d'urgence mineure. En septembre prochain, le service d'urgence de l'Hôpital Seven Oak devrait aussi être converti en centre de soins d'urgence mineure.

Avec des informations de Meaghan Ketcheson et Patrick Foucault

Manitoba

Hôpitaux