•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agriculteur paraplégique sensibilise les jeunes aux accidents sur les fermes

Sébastien Gaudreault est en fauteuil roulant. Un tracteur lui a roulé dessus à l'âge de trois ans.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Radio-Canada

Chaque année, des dizaines d'enfants qui vivent sur une ferme subissent de graves blessures. Paraplégique en raison d'un accident de tracteur en 1971, l’agriculteur Sébastien Gaudreault partage son histoire avec les jeunes pour prévenir d'autres drames.

Le handicap de l'agriculteur ne l'a pas empêché de reprendre la ferme familiale de Saint-Henri-de-Taillon au Lac-Saint-Jean.

Sébastien Gaudreault est dans son tracteur alors que son ami s'approche pour l'aider à descendre.

Sébastien Gaudreault peut compter sur plusieurs proches et amis pour lui donner un coup de main lorsqu'il travaille sur sa terre.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Sébastien Gaudreault n'avait que trois ans lorsqu'il a chuté d'un tracteur en marche et perdu l'usage de ses jambes. À l'époque, le tracteur n'était pas doté d'une cabine comme c'est le cas aujourd'hui.

Pendant une fraction de seconde j'ai cessé de me tenir, puis je suis tombé en bas. Mon père a essayé de me rattraper, mais trop tard, la roue d'en arrière a passé sur moi.

Sébastien Gaudreault, agriculteur

Avec beaucoup de débrouillardise, d'aide et de détermination, l'homme de 50 ans cultive du soya et de l'avoine biologiques à Saint-Henri-de-Taillon depuis maintenant 10 ans.

Sébastien Gaudreault conduit son tracteur dans un champs

Sébastien Gaudreault conduit son tracteur pour préparer la terre.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Malgré son accident, l'agriculture demeure une passion.

Je vis bien aujourd'hui, je suis heureux et je fonctionne bien. J'ai une femme et des enfants. J'ai tout ce que je veux, mais c'est certain que si demain matin je pouvais avoir l'occasion de reprendre mes jambes, je les reprendrais.

Sensibilisation auprès des jeunes

C'est justement pour éviter que d'autres jeunes subissent le même sort qu'il s'implique auprès de l'Union des producteurs agricoles (UPA). Depuis maintenant 12 ans, il sensibilise les enfants aux nombreux dangers présents sur une ferme dans le cadre de l'événement Sécurijour.

Près d'un tracteur, Sébastien Gaudreault discute avec des écoliers.

Sébastien Gaudreault discute avec des écoliers de La Baie.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Cette année, c'est à l'école Sante-Thérèse de La Baie que s'est tenue l'activité visant à prévenir les incidents sur les fermes.

Sébastien Gaudreault discute avec des écoliers.

Le discours de Sébastien Gaudreault capte l'attention des jeunes écoliers.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Du haut de ses 11 ans, Antoine s'est prêté au jeu derrière le volant. Je ne voyais pas les gens qui étaient proches du tracteur, mais ceux qui étaient loin en arrière dans les miroirs et tout ça je les voyais.

Je suis capable de réaliser à quel point c'est dangereux.

Élodie Simard

Le conseiller coordonnateur de l'UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean Nicolas Maltais précise que l'activité regroupe des démonstrations sur la sécurité avec la machinerie, auprès des animaux, sur les incendies, etc.

Souvent le milieu agricole c'est à la même place que le milieu familial, donc l'environnement de vie c'est au même endroit. La machinerie, ça voyage.

Toutefois, pas question pour Sébastien Gaudreault de surprotéger ses quatre enfants. Il rêve qu'une 4e génération vive de la terre familiale.

Portrait de Sébastien Gaudreault

Sébastien Gaudreault est paraplégique. Un tracteur lui a roulé dessus alors qu'il avait trois ans.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Des fois ils embarquent avec moi dans les tracteurs. J'ai moins peur que leur mère parce que je lui dis que pour qu'ils soient intéressés, il faut les impliquer, il faut qu'ils puissent venir dans les champs et circuler en VTT. Si on attend qu'ils soient trop vieux, ça ne les intéressera pas, ajoute M. Gaudreault.

D'après le reportage de Priscilla Plamondon Lalancette

Saguenay–Lac-St-Jean

Prévention et sécurité