•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de poissons piégés par les inondations secourus au bord du lac Saint-Pierre

Des gens dans un champ avec des bottes hautes marchent dans ou près d'un ruisseau.

Des dizaines de personnes ont participé à une opération de sauvetage de poissons pris dans des champs riverains du lac Saint-Pierre après les inondations printanières.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Radio-Canada

Une opération sauvetage est en cours au Centre-du-Québec pour sauver des milliers de poissons piégés dans des champs après la crue des eaux historique de ce printemps.

Une équipe du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs se trouve à Baie-du-Febvre pour secourir les milliers de poissons qui se sont retrouvés dans les champs agricoles du secteur après que la crue du lac Saint-Pierre leur ait permis de passer par-dessus les digues.

Un homme tient un gros poisson dans ses mains.

On compte des perchaudes, des brochets, des carpes et des tanches parmi les poissons secourus.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Ces poissons sont actuellement pris au piège dans des mares appelées à s’évaporer avec le temps chaud. Les poissons risquent aussi d’être déchiquetés par les moteurs des digues.

Les membres de l’opération de sauvetage vont les relâcher dans le lac Saint-Pierre.

Une opération similaire en 2017 avait permis de sauver 100 000 poissons, soit l’équivalent de 4 tonnes.

Le fait que l’on ait autant de poissons, c’est signe que les zones qui sont inondées au printemps autour du lac Saint-Pierre sont extrêmement importantes pour les poissons, estime le biologiste du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Philippe Brodeur. Ce sont des eaux qui se réchauffent très rapidement et qui sont très attractives pour l’alimentation et la reproduction des poissons.

Des chercheurs de l’UQTR aussi sur place

Une équipe de scientifiques de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) profite de l’opération de sauvetage pour approfondir leurs recherches sur la faune du lac Saint-Pierre.

On trouve de plus en plus de tanches ici, souligne le professeur en sciences de l’environnement Gilbert Cabana. C’est préoccupant, parce que c’est une espèce qui va envahir les espaces peu profonds dans le fleuve Saint-Laurent. Peut-être pas avec des conséquences catastrophiques, mais on est en droit de se questionner là-dessus.

Avec les informations de Maude Montembeault

Mauricie et Centre du Québec

Faune et flore