•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario s’ouvre à l’étranger pour contrer la pénurie de camionneurs et de préposés aux soins

Une préposée aux bénéficiaires aide un patient.

Il y a depuis longtemps une pénurie de préposés aux bénéficiaires dans le Nord de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une nouvelle politique du gouvernement ontarien tentera de faciliter le recrutement de camionneurs et de préposés aux soins à l’étranger.

Le Programme ontarien des candidats à l’immigration (POCI) permet aux travailleurs et étudiants étrangers de présenter une demande de résidence permanente en Ontario.

Selon les nouvelles politiques, les camionneurs et les préposés aux soins qui reçoivent une offre d’emploi en Ontario pourront faire leur demande sous le volet Compétences recherchées.

C’est une politique que nous apprécions, confie Steven Bun, porte-parole de l’Association du camionnage de l’Ontario. Ça fait longtemps qu’il y a une pénurie de camionneurs dans notre industrie et nous appuyons tout moyen qui nous aidera à attirer plus de talent, d’ici ou d’ailleurs.

Selon lui, la nouvelle politique permettra d'engager des camionneurs de l'étranger plus rapidement.

En adaptant l’immigration économique aux besoins particuliers de l’Ontario en matière de main-d’œuvre, nous aidons l’économie à croître avec les bons talents au bon moment, a déclaré Todd Smith, ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce.

Des camions stationnés un à côté de l'autre.

Selon une étude réalisée en 2016 par l’Alliance canadienne du camionnage, il manquera 34 000 conducteurs à l’industrie d’ici 2024.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Ce volet inclut déjà plusieurs professions, telles que les conducteurs d’équipements lourds et les ouvriers agricoles.

Attirer l’entrepreneuriat

De nouveaux arrivants peuvent aussi faire une demande de résidence permanente en vertu du volet Entrepreneurs.

Toutefois, les entrepreneurs doivent effectuer un investissement financier minimum pour être admis sous ce volet.

Le gouvernement propose d’abaisser le seuil de cet investissement de 1 million de dollars à 600 000 $ dans la région du Grand Toronto et de 500 000 $ à 200 000 $ à l’extérieur de cette région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Immigration