•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le groupe Fièrement Nouveau-Brunswick se défend d’avoir violé les lois électorales

Un homme tient en main un téléphone intelligent

De nombreux électeurs ont reçu par téléphone des messages du groupe Fièrement Nouveau-Brunswick contre le Parti libéral à l'occasion des dernières élections provinciales.

Photo : CBC

Radio-Canada

Un groupe qui a mené une campagne contre le Parti libéral du Nouveau-Brunswick lors des dernières élections provinciales soutient qu’il n’a violé aucune loi touchant au financement des partis politiques.

Le dirigeant de Fièrement Nouveau-Brunswick, Connor MacDonald, rejette les allégations du Parti libéral voulant que ce groupe ait coordonné ses messages avec ceux du Parti progressiste-conservateur, ce qui serait illégal.

Il affirme que son groupe a toujours été enregistré pour faire affaire au Nouveau-Brunswick et qu’il a toujours respecté toutes les lois en la matière.

Connor MacDonald n’a toutefois pu répondre en détail à une autre allégation des libéraux qui reprochent à son groupe d’avoir commencé à dépenser de l’argent le 27 août dernier avant de s’enregistrer auprès d’Élections NB le 14 septembre.

M. MacDonald, qui étudie dans une université au Royaume-Uni, a expliqué qu’il n’avait pas à portée de la main l’information nécessaire pour répondre de façon précise, mais il a répété que son groupe respectait la réglementation.

Le député libéral de Moncton Centre, Rob McKee, a abordé le sujet à l’Assemblée législative la semaine dernière en accusant le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs de se coordonner avec Fièrement Nouveau-Brunswick.

Rob McKee donne un point de presse

Le député libéral de Moncton Centre, Rob McKee, accuse les progressistes-conservateurs et le groupe Fièrement Nouveau-Brunswick de se coordonner.

Photo : CBC

La Loi sur le financement de l’activité politique stipule que les tiers et les partis politiques ne peuvent se coordonner pour contourner des dispositions de cette même loi.

Fièrement Nouveau-Brunswick a publié sur Facebook des publicités contre le Parti libéral et envoyé des messages textes au téléphone de milliers d’électeurs durant les dernières élections. Les messages provenaient d'un personnage fictif nommé Pam.

Photographie d'un message texte sur un téléphone intelligent

Le groupe Fièrement Nouveau-Brunswick a envoyé des messages texte de la part de Pam, un personnage fictif. Le message ci-dessus invite les gens à voter contre la taxe carbone.

Photo : Gracieuseté

Le député McKee a déclaré en Chambre qu’un membre de Fièrement Nouveau-Brunswick a activement fait campagne avec les progressistes-conservateurs durant les élections. Selon le député McKee, le financement de ce groupe, qui provient de l’extérieur de la province, représente une menace pour les institutions démocratiques du Nouveau-Brunswick.

Le Parti libéral ne croit pas qu’il est juste de laisser des groupes extérieurs exercer autant d’influence au Nouveau-Brunswick, a expliqué Rob McKee.

Connor MacDonald confirme qu’il était mêlé à la campagne de Blaine Higgs l’an dernier, mais il dit qu’il n’a commencé à s’associer à Fièrement Nouveau-Brunswick qu’en mars 2019.

Quant à fournir plus de détails sur les activités de Fièrement Nouveau-Brunswick, Connor MacDonald dit qu’il faut poser les questions à l’ex-agente principale des finances du groupe, Heidi McKillop. Cette dernière a toutefois indiqué la semaine dernière qu’elle ne ferait pas de commentaires puisqu’elle n’est plus membre du groupe.

Un message de Heidi McKillop dans Facebook.

Heidi McKillop, une diplômée en service social de l'Université Saint-Thomas, était l'agente principale des finances du groupe Fièrement Nouveau-Brunswick l'année dernière.

Photo : Facebook/New Brunswick Proud

Le député McKee a déclaré lundi qu’il demanderait probablement à Élections NB d’enquêter sur les gestes du groupe, entre autres pour vérifier si M. MacDonald a dit la vérité.

Deux dons importants faits à Fièrement Nouveau-Brunswick sont passés par deux cabinets juridiques de Saint-Jean qui ont des liens avec le Parti progressiste-conservateur. Un don était inscrit aux soins de Nic Ouellette, un ancien adjoint de Blaine Higgs. L’autre était inscrit aux soins du cabinet Lawson Creamer, dont fait partie l’ancien candidat à la direction du Parti progressiste-conservateur Mel Norton.

Fièrement Nouveau-Brunswick ne discute habituellement pas de ses donateurs, indique Connor MacDonald. Il dit croire que le groupe fait affaire avec ces cabinets d’avocats uniquement pour sa représentation juridique.

Nic Ouellette et Mel Norton n’ont pas répondu aux demandes d’entrevues de CBC.

Les dons en question s’élevaient dans un cas à 5000 $ de la part du Modern Miracle Network, un groupe d’intérêts pro-industrie pétrolière, et dans l’autre cas à 7000 $ de la part de la Fondation Manning, un groupe de réflexion conservateur.

La loi limite à 3000 $ les dons aux partis politiques, mais les dons faits à des tiers ne sont soumis à aucune limite.

Interrogé à savoir pourquoi ces deux donateurs ont financé de la publicité électorale au Nouveau-Brunswick, M. MacDonald explique que cela correspond à l’orientation conservatrice de son groupe. Le pétrole et le gaz naturel constituent un enjeu politique au Nouveau-Brunswick depuis au moins 2010, dit-il, et cela fait partie de la campagne menée par son groupe.

Projet de loi pour une plus grande transparence

Le député Rob McKee a déposé vendredi, avant la pause estivale des travaux législatifs, un projet de loi privé qui imposerait de nouvelles exigences aux groupes tiers.

À l’heure actuelle, les tiers de l‘extérieur de la province qui dépensent plus de 500 $ dans le cadre d’une campagne électorale doivent s’inscrire auprès d’Élections NB et dévoiler leurs dépenses ainsi que tout don reçu supérieur à 100 $.

Des efforts similaires à ceux de Fièrement Nouveau-Brunswick ont aussi été déployés lors d’autres campagnes électorales par des groupes portant un nom similaire. D’autres groupes de l’extérieur ont aussi mené des campagnes contre les progressistes-conservateurs.

Un groupe national nommé Engage Canada a d’ailleurs récemment lancé une campagne publicitaire qui critique le chef conservateur du Canada, Andrew Scheer.

Dix-neuf groupes extérieurs se sont enregistrés comme intervenants durant les dernières élections provinciales au Nouveau-Brunswick.

Higgs envisage d’imposer des restrictions aux tiers

Le premier ministre Blaine Higgs a déclaré à l’Assemblée législative, la semaine dernière, qu’il ne savait rien de Fièrement Nouveau-Brunswick et des activités du groupe durant la dernière campagne électorale. Il a dit croire qu’il avait entendu le nom du groupe auparavant, mais rien d’autre.

Répondant aux questions de journalistes par la suite, Blaine Higgs a ajouté qu’il envisagerait d’imposer de nouvelles restrictions aux groupes extérieurs afin d’éviter que de riches donateurs influencent les élections, ce qui ne serait pas démocratique, a-t-il souligné.

Blaine Higgs de profil

Blaine Higgs a affirmé la semaine dernière qu'il ne savait rien des activités du groupe Fièrement Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC

Connor MacDonald estime que son groupe est un moyen légitime pour les citoyens de tout horizon politique d’exprimer leur opinion démocratiquement. Fièrement Nouveau-Brunswick ne se mêlera pas au débat sur l’imposition de restrictions aux tiers, a-t-il ajouté.

Le groupe a dépensé au total 14 271 $ durant la campagne électorale pour publier de la publicité sur Facebook et envoyer des messages textes aux électeurs, selon ses documents remis à Élections NB.

Quant au fait que le groupe a dépensé de l’argent avant son inscription officielle le 14 septembre, un porte-parole d’Élections NB, Paul Harpelle, affirme que d’autres inscriptions du genre faites en mi-campagne dans le passé ont été considérées comme étant valides pour toute la campagne.

Avec les renseignements de Jacques Poitras

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale