•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition en hommage aux femmes immigrantes des régions du Québec

Un portrait en noir et blanc accroché au mur

L'exposition «Être femme immigrante au Québec» est présentée à la galerie Montcalm du 20 juin au 11 août.

Photo : Radio-Canada

Alexandra Angers

La galerie Montcalm de Gatineau célèbre la diversité et le courage d'immigrantes avec la série de photographies de Sue Mills. Être femme immigrante au Québec regroupe 39 portraits en noir et blanc de femmes de tous les âges et provenant de 29 pays différents.

La photographe Sue Mills est originaire d’Abitibi-Témiscamingue et vit maintenant à Saint-André-Avellin, dans la Petite-Nation. L’idée de faire le portrait de femmes issues de l’immigration lui trottait dans la tête depuis 2010.

Ma vie est meilleure à cause du fait qu’il y a des cultures différentes.

Sue Mills, photographe
Sue Mills est devant une partie de sa plus récente exposition Être femme immigrante au Québec.

La photographe Sue Mills

Photo : Radio-Canada

L’artiste a étudié son art à Halifax en Nouvelle-Écosse et a vécu aux quatre coins du Québec avant de s'établir en Outaouais. Elle rêvait de mettre en valeur des femmes qui ont fait le choix de s’établir à l’extérieur de Montréal, et de s'installer en régions, que ce soit à Rouyn-Noranda, en Gaspésie ou encore en Outaouais.

Son travail se veut un éloge au multiculturalisme. Moi, j’adore la culture. J’adore la mienne et les autres [...] Ça met de la couleur dans la vie , confie l’artiste.

Le noir et blanc, au-delà des couleurs

Chacune des femmes partage son expérience dans un témoignage accompagnant son portrait en noir et blanc. Une bande d’images en couleur, qui se retrouve sous la photo principale, révèle un peu l'univers des participantes au public.

Myriam Tremblay, l’une des sujets de Sue Mills, salue son projet. Je trouve ça beau, de se dire qu’il y a des gens d’ailleurs qui choisissent notre pays. À son avis, c’est important d’en parler.

La trentenaire, originaire de la Corée du Sud et ayant été adoptée à un an et demi, a grandi à Arvida, au Saguenay. Mme Tremblay n’était pas certaine d’avoir sa place dans l'exposition de Sue Mills, mais elle s’est finalement laissée convaincre. Elle a participé à une séance de photos d’environ deux heures, dans une chambre d’hôtel de Québec, la ville où elle habite maintenant.

Le fait que Sue ait choisi des photos en noir et blanc, pour qu'on soit toutes sur le même piédestal [sic], et qu'on se dise au final qu'on est toutes pareilles [...], je trouve ça bien, fait-elle valoir.

Moi, je me sens vraiment chanceuse d’être ici et d’avoir les traits d’une Asiatique, mais d’être tout ce qui est Québécoise, Canadienne.

Myriam Tremblay

Le vernissage d’Être femme immigrante au Québec a lieu jeudi soir à la galerie Montcalm à la Maison du citoyen. L’exposition prend fin le au 11 août.

Avec des informations de Marika Simard et de Valérie Lessard

Ottawa-Gatineau

Arts visuels